train

Le destin du train dans le sud de la Gaspésie est, lui aussi, entre les mains des fonctionnaires à Québec qui étudient encore le dossier afin de trouver une solution.

C’est aussi l’avis du ministre régional de la Gaspésie, Sébastien Proulx.

Le ministre rappelle que « nous avions travaillé avec un scénario où il y avait marchandises et personnes dans un premier tronçon qui devait se rendre à Caplan. Par la suite, nous avons eu des discussions avec les élus régionaux qui ont demandé de revoir notre plan de match pour qu’on puisse se rendre jusqu’à Gaspé, ultimement. Alors, nous avons refait nos devoirs et le ministère des Transports travaille actuellement à évaluer l’ensemble des coûts. »

Sébastien Proulx ajoute que « pour la même somme disponible, est-ce que nous pouvons nous rendre plus loin s’il n’y a plus les passagers, mais seulement la marchandise ? La réponse est vraisemblablement oui. Jusqu’où on peut se rendre et quels seront les coûts supplémentaires pour se rendre jusqu’à Gaspé ? Pour le moment, je ne suis pas en mesure de répondre, mais j’espère avoir des réponses rapidement. »

Somme disponible

La somme « en disponibilité » dont parle le ministre est d’environ 50 millions de dollars. « Avec ce montant, nous pouvions faire la réhabilitation jusqu’à Caplan. Mais on ne se rendra pas jusqu’à Gaspé avec ce montant et je ne connais pas la somme totale qui est nécessaire. »

Par contre le ministre croit qu’il faut faire absolument le travail d’évaluation du rail jusqu’à Gaspé. « Bien qu’il y ait eu des évaluations qui ont été faites, il y a des secteurs où il y a encore du travail à faire. Je comprends que le rail n’est pas au même niveau partout et il faut voir si les tempêtes de décembre dernier ont aggravé la situation à certains endroits. C’est pour ça que nous sommes dans l’attente présentement.»

Transport de marchandises

Sébastien Proulx est conscient que le transport des marchandises augmentera au cours des prochaines années avec l’exportation des pales de LM à Gaspé et le transport du ciment de l’entreprise Ciment McInnis de Port-Daniel – Gascons.

D’ailleurs, à ce sujet, rappelons que Ciment McInnis a annoncé en décembre dernier la signature d’une entente avec la Société du chemin de fer de la Gaspésie pour la distribution de ciment (environ 140 000 tonnes de ciment sur 5 ans) depuis New Richmond vers différents marchés au Canada et aux États-Unis.

Également, le ministre pense aux Gaspésiens qui aimeraient bien utiliser le train dans leurs déplacements à l’intérieur, comme à l’extérieur de la région… « Il y a des enjeux de réflexion » à ce chapitre, indique Sébastien Proulx.