demandentuninvestissement

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, et le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, joignent leur voix à celle des intervenants gaspésiens des secteurs économique et municipal et pressent le gouvernement du Québec de confirmer les investissements financiers nécessaires pour remettre en opération le service ferroviaire sur l’ensemble du tronçon Matapédia – Gaspé.

Les deux députés interpellent le ministre des Transports, Laurent Lessard, le ministre responsable de la région, Sébastien Proulx, et le ministre délégué à la Stratégie Maritime, Jean D’Amour, à oeuvrer auprès du conseil des ministres et de leurs ministères respectifs pour que le service ferroviaire reprenne rapidement de Matapédia à Gaspé. Le sort d’entreprises majeures de la Gaspésie est relié au chemin de fer. Selon LM WindPower de Gaspé, c’est la survie à moyen terme de 300 de ses emplois qui dépendent de la reprise du transport ferroviaire. La cimenterie McInnis à Port-Daniel – Gascons est également une industrie importante qui aura besoin du chemin de fer. De plus, d’autres entreprises évaluent sérieusement les opportunités d’affaires reliées au transport ferroviaire dans la région. Les intervenants gaspésiens et la Société de Chemin de fer sont d’avis qu’il y a une fenêtre d’opportunité qu’il ne faut pas manquer.

Il est important de rappeler que le chemin de fer Matapédia-Gaspé est la propriété, depuis 2015, du ministère des Transports du Québec. Le gouvernement a donc une double responsabilité, soit celle d’accompagner les régions dans leur développement et de maintenir opérationnelles ses propres infrastructures de transports. C’est d’ailleurs l’engagement qui avait été pris publiquement par l’ex-ministre des Transports lors de l’acquisition du rail en 2015.

Devant ce constat, le milieu s’est mobilisé pour sensibiliser le gouvernement à l’importance de faire un investissement sur l’ensemble du tronçon gaspésien. « La Société de Chemin de Fer de la Gaspésie (SCFG), la Table des Préfets GIM, la Chambre de Commerce et de Tourisme de Gaspé, la MRC de la Côte-de-Gaspé, la MRC du Rocher-Percé et la Ville de Gaspé, ont notamment envoyé des résolutions au gouvernement pour demander que le futur investissement soit fait sur l’ensemble du rail gaspésien pour permettre le retour du train de marchandises à Gaspé le plus rapidement possible. Le chemin de fer est un vecteur de développement économique primordial pour la région. Il doit être opérationnel sur toute sa longueur. Le milieu est lucide, unanime et solidaire là-dessus. En juin dernier, nous avons également déposé une pétition à l’Assemblée nationale de plus 5100 noms de la région pour un retour du train de passagers. Les investissements dans les infrastructures sont nécessaires avant une reprise du train de passagers. La population désire être écoutée par le gouvernement », explique le député de Bonaventure.

Dans une résolution adoptée le 10 octobre 2016, la Table des Préfets GIM identifiait clairement et d’une voix forte l’importance d’écouter la Société de Chemin de Fer de la Gaspésie. Selon celle-ci, il faut un investissement sur l’ensemble du tronçon pour permettre un retour du train de marchandises de Matapédia à Gaspé. La position de la SCFG est sans équivoque. Le député de Gaspé explique : « Les clients pour le transport de marchandises se trouvent majoritairement à Gaspé, Chandler et Port-Daniel. De plus, le gouvernement vient de nommer Gaspé comme zone industrialo-portuaire via sa stratégie maritime en mettant de l’avant l’importance de l’intermodalité comme levier de développement industriel. Il est évident que le développement économique de la région, la création d’emplois et la stabilité de ceux-ci passent par un chemin de fer se rendant jusqu’à Gaspé. De plus, le gouvernement a désigné les MRC comme responsables du développement économique de leur territoire. Il doit les écouter, surtout lorsqu’elles sont unanimes ! »

Les députés gaspésiens joignent donc leurs voix à celles des intervenants du milieu : pour que les travaux nécessaires à la réhabilitation du rail soient confiés à la SCFG qui détient une expertise accrue à l’égard du rail gaspésien. Ceci a d’ailleurs été reconnu par le gouvernement du Québec lors de l’acquisition du rail en 205, car celui-ci lui a délégué la gestion du chemin de fer.

pour que l’investissement nécessaire à la remise en état du tronçon ferroviaire gaspésien soit fait sur l’ensemble du rail pour permettre le retour rapide du transport de marchandises de Matapédia à Gaspé.

pour que le gouvernement dépose une stratégie pour un retour du train de passagers en Gaspésie