Plusieurs tronçons du rail gaspésien devront être réparés


Publié le 22 janvier 2017

Le rail, dans le secteur de la Rue des Plaines à Caplan, est situé très près de la falaise.

©Photo TC Media Alain Lavoie

Les fortes marées de décembre et de janvier ont endommagé le rail gaspésien à plusieurs endroits.

Ce constat a été fait dès le 31 décembre dernier par la Société du chemin de fer de la Gaspésie, dossier qui a été acheminé sans tarder au ministère des Transports du Québec, propriétaire du rail depuis deux ans.

Questionné sur l’importance des dégâts causés au rail gaspésien lors des récentes tempêtes, le président de la Société, Éric Dubé, parle de dégâts non généralisés. « Il y a trois ou quatre endroits où le rail a été endommagé : dans le quartier Pabos, à Chandler, à Port-Daniel – Gascons, à Barachois et Haldimand où le rail a été ensablé. Des travaux, il y en a à plusieurs endroits. »

Selon le président, les nombreuses avaries au rail ne sont pas si dramatiques. « Nettoyer la voie ferrée et remettre du ballast [mélange de sable et de gravier maintenant les traverses d'une voie ferrée] ça ne coûte pas cher. Ici à la Société, nous sommes équipés pour faire de telles réparations. Quand le simple citoyen qualifie de très endommagé le rail suspendu dans le vide, pour nous ce n’est pas si grave. Ça ne prend pas un mois réparé tout ça. Ce qui coûtera cher, ce sera de protéger le rail à nouveau pour que cela ne nous arrive plus. Remettre du ballast ou encore remettre la voie à sa place, il y a rien de compliqué là-dedans. Mais de la protection et de l’enrochement, ce sont de gros travaux et c’est ça qui coûtera cher. »

Le président Dubé donne en exemple le rail dans le secteur de Pabos. Là, il faudra obligatoirement faire un important travail d’enrochement, car le rail n’est plus protégé à cet endroit.

À un certain moment, Il faudra sans aucun doute penser à déplacer la voie ferrée afin de l’éloigner le plus possible des berges de la Baie-des-Chaleurs et du golfe. Là-dessus, le président de la Société du chemin de fer croit qu’à certains endroits, cette possibilité devra être étudiée très sérieusement. « Dans des secteurs plus proches de New Richmond, il faudra sans doute le faire bientôt. À certains endroits, à Caplan (notre photo) par exemple, le rail est très près du cap », dit-il.

Selon M. Dubé, les coûts engendrés par ces tempêtes seront certainement évalués par le ministère en même temps que la réfection de la voie ferrée. « Nous n’avons pas besoin de réparer ces dégâts tout de suite parce qu’il n’y a pas de trafic. Je crois que les coûts de ces réparations seront inclus dans la même enveloppe que le gouvernement annoncera au cours des prochaines semaines pour ramener le train de marchandises dans la région. »

La Société

La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) exploite la ligne ferroviaire entre Matapédia et Gaspé. Ce tronçon de 330 kilomètres, construit au début du 20e siècle est reconnu comme étant l’un des plus pittoresques en Amérique du Nord. La SCFG compte sur l’expertise de plusieurs partenaires afin de l’appuyer dans son développement.