« Le sens de l’instant-chapitre II » une exposition à voir à Percé

« Le sens de l’instant-chapitre II » une exposition à voir à Percé

Deux artistes, deux visions de l’art. Une exposition à voir au pub Pit Caribou à Percé.

Crédit photo : Photo courtoisie

Dès le 20 janvier 2018, découvrez l’exposition dialogue Le sens de l’instant – chapitre II, de Louba-Christina Michel et Eric Robinson, présentée au pub Pit caribou de Percé.

Vous aurez alors la chance de plonger ou de replonger dans l’univers des créateurs, qui, le temps d’une seconde exposition, feront dialoguer leurs œuvres. Le sens de l’instant – chapitre II regroupera des œuvres empreintes de poésie. Le vernissage aura lieu samedi, 20 janvier 2018, dès 16H, sous la forme d’un « happening ».

« L’idée de créer ensemble est arrivée à travers nos rencontres, ces instants de partage qui devenaient le lieu de gestes créatifs et d’effervescentes réflexions sur l’existence », explique Mme Michel.

« Le désir de lier nos vies par la création est l’excuse parfaite pour bâtir en chacun de nous les dépassements créatifs et entre nous, des liens, ces fils qui s’inscrivent dans tous les sens, dans les idées, le temps, l’équilibre, le tout. Nous cherchons ainsi à être du moment, à nous ancrer au rythme quotidien d’où surgit la poésie, c’est-à-dire, de toutes parts. Tout est sujet au filtre de notre regard singulier sur le Monde. Le pouls des rencontres, du paysage, de l’art, de l’amour, de la vastitude et du mouvement incessant de la vie nous transcende et se meut dans nos gestes et dans nos interactions artistiques fragiles et sensibles. »

Louba-Christina Michel vit et pratique à Percé. Elle étudie en communications, en littérature et en arts visuels. En 2011, à Québec, elle se familiarise avec la gestion de carrière artistique. En 2014, elle revient en Gaspésie après 9 ans d’exil. Louba est membre fondatrice du collectif Les Zumanistes.

À Percé, lors du passage de 2016 à 2017, Louba offre l’exposition Territoires contours, présentée au pub Pit caribou. L’exposition devient le sujet d’une capsule pour La fabrique culturelle. Un extrait de cette capsule est d’ailleurs passé à Formule Diaz.

À l’automne 2017, elle présente, collectivement avec Caroline Barriault, le projet interactif Dialogues éphémères, une invitation du Centre d’artistes Vaste et vague. Les corps-lieux, exposition d’œuvres abstraites, est présentées au Musée de la Gaspésie fin 2017 début 2018. Louba est l’animatrice du camp de théâtre de La Vieille Usine de l’Anse-à-Beaufils.

Eric Robinson naît en 1993 à Maria, en Gaspésie. Il passe sa première décennie, ainsi que son adolescence à déménager, se déracinant à plusieurs reprises. Il revient peu avant sa majorité à New Richmond, village de son enfance.

Eric s’installe en février 2016 à Percé, il y vit, y travaille et y étudie depuis. Eric fait la rencontre de Louba et Denis Loiselle, deux artistes de la région qui l’inspirent et l’accompagnent dans son cheminement artistique. L’une de ses œuvres est pour la première fois exposée à la Galerie d’art de La Vielle Usine de l’Anse-à-Beaufils, lors de la Off exposition de L’insoutenable légèreté des méduses. Simultanément, il présente avec Louba Le sens de l’instant qu’ils exposent au café de La Vielle Usine.

Il s’inspire des gens qu’il considère capable de voir le monde à travers un filtre empreint de marginalité et de sensibilité. Il ne s’inscrit pas dans un style particulier et se lance tantôt avec légèreté, tantôt en profondeur dans la peinture, le dessin, la poésie, la photographie, le graphisme et l’installation par lesquelles il s’exprime et se recherche sans vraiment vouloir se trouver. Il consacrera ses prochaines années à l’étude de la science et du graphisme.

L’artiste Robinson affirme avoir « toujours eu une certaine sensibilité au monde qui m’entoure. Dès mon jeune âge, j’ai compris que les images et les symboles parlaient beaucoup plus que de simples mots. Étant anxieux et refermé sur moi-même, j’utilisais, déjà enfant, l’art comme échappatoire d’un monde difficile qu’on m’avait imposé. Aujourd’hui, cette sensibilité m’habite toujours et je travaille à la redécouvrir avec un œil d’adulte.

« L’art est devenu un moyen d’expression fort pour véhiculer des messages que je ne pourrais passer autrement. J’ai l’impression que sans l’art, ce monde serait privé d’une lumière nécessaire à éclairer des parts d’ombre d’une lourdeur qui semble parfois insoutenable. Cette dernière année et demi a été parsemé de morceaux de bonheurs qui m’ont permis de me redécouvrir à travers ma créativité et les joies de sa pratique. La peinture et l’écriture, inspirées par la science et la spiritualité, sont venu me toucher à cet endroit sans nom, source de premières larmes de joies et de frissons d’extase. Cet endroit qui te dit « tu as le droit ». Je m’inspire et communique des couleurs, des sons et des textures qui me parlent. Comme des entités à part entière, ces derniers m’accompagnent dans mon émerveillement de la vie. »

Quoi? Vernissage, sous forme de happening, de l’exposition Le sens de l’instant – chapitre II, de Louba-Christina Michel et Eric Robinson. Où ? Au pub Pit caribou de Percé. Quand ? Samedi, 20 janvier 2018, entre 16 h et 19 h. Pour qui ? Pour tous les artistes, créateurs et passionnés qui se nourrissent d’art et qui aimeraient être de l’instant.

 Depuis la fin des années 1950, un happening est une performance (au sens anglais du mot : « représentation »), un événement ou une situation qui peut être considéré comme un art. Une traduction possible serait une « intervention artistique ». Le happening se distingue de la performance par son caractère spontané et le fait qu’il exige la participation active du public, public qui n’est plus considéré tel quel, mais considéré comme intervenant. Happening selon Wikipédia.