Salaires des élus à Percé: feu vert de la population

Salaires des élus à Percé: feu vert de la population

Plusieurs citoyens ont assisté à cette réunion hier à l'Hôtel de ville de Percé.

Crédit photo : Photo Thierry Haroun

(Un texte de Thierry Haroun)Les élus de la Ville de Percé se sont voté une augmentation de salaire le 9 janvier, et ce, avec le soutien de la population.

Personne n’a déchiré sa chemise sur la place publique sur le sujet, outre deux questions pointues par des citoyens qui n’ont mené finalement à pas grand chose lors de la séance municipale.

La vingtaine de citoyens présents ont donc été témoins d’un vote unanime qui permet de doubler la rémunération totale de la mairesse, Cathy Poirier, passant de 29 855 $ à 60 000 $, ce qui inclut les allocations de dépenses non-imposables de 16 000$.

Le traitement total des huit conseillers, pour une population de quelque 3300 habitants, sera aussi à la hausse, passant de 7500 $ à 10 500 $, le tout étant rétroactif au 1er janvier dernier. La masse salariale totale des élus augmente de quelque 54 000$ annuellement.

Bref, un vote qui est passé comme une lettre à la poste, ce qui fait dire à la mairesse, et avec raison, que la population lui a donné son feu vert en la matière du fait qu’elle justifie le doublement de son salaire pour se donner à plein temps comme mairesse.

«Je suis très contente. Je pense que les gens comprennent très bien la situation et la réalité avec ce que poste demande sur le plan de l’engagement. C’est très positif », dit la mairesse Cathy Poirier.

Sur un autre sujet, la mairesse a déclaré que concernant l’avenir du quai, les négociations sont toujours en cours entre Québec et Ottawa et qu’elle entendait bien suivre le dossier de près puisque ce dossier fait partie de ses grandes priorités.

Besoin de pompiers

La séance municipale a aussi été l’occasion de lancer un appel à la population pour dire que la municipalité a grand besoin de pompiers volontaires, et pas moins d’une quinzaine pour combler les besoins des trois casernes qui desservent un large territoire.

Le directeur général, Félix Caron, rappelle que ce sont des emplois bien rémunérés. «Oui absolument. Ça paie 15$ l’heure par intervention et ça peut atteindre 17$ l’heure avec une formation complète. La formation est payée et les gens qui sont intéressés n’ont qu’à faire part de leur intérêt auprès du directeur du Service incendie ou encore à moi. Il y aura une recherche d’antécédents qui sera faite par la Sûreté du Québec.» Actuellement, il y a une trentaine de pompiers répartis dans les trois casernes, alors qu’il en faudrait 45 au minimum pour avoir une quinzaine de pompiers par caserne.

  • Jean-Pierre Joncas

    Est-ce une indication que la mairesse et son équipe, en peu de temps, ont réussi à calmer le jeu et amener la population à la raison? Pour les salaires, ça semble être le cas.
    La population raisonnable devra aussi être présente lorsque viendra le temps de régler les enjeux pointus qui sont abordés dans l’émotivité délirante aiguillonnée par des agitateurs sans intérêt aucun. Pensons à la rue donnant accès au géoparc.

    Espérons que les dinosaures ont été largués.

    Voici ce que j’écrivais à l’annonce de la mairesse suggérant une augmentation des salaires des élus:

    « La croissance des salaires devra rimer avec croissance économique du grand Percé, virage vers une collaboration de tous les intervenants, l’abandon des obstructions systématiques et, pour ce faire, abandon en chemin de tous les dinosaures qui ont une trop grande part de la tarte. Pour! »