Reprise du train : l’économie première gagnante

Reprise du train : l’économie première gagnante

L'économie gaspésienne pourrait profiter de la reprise du train dans la région.

Selon la Coalition des Gaspésiens pour le retour du train, les revenus pour la Société du Chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) et les retombées économiques pour le secteur du tourisme en Gaspésie seront importants avec la reprise du train dans la région.

Actuellement, la seule partie du réseau ferroviaire gaspésien officiellement ouverte est la section entre Matapédia et Caplan. La distance entre Caplan et New Carlisle n’est que de 18 milles ferroviaires. La réouverture de cette petite portion (moins de 10% du réseau) permettrait la reprise de la circulation ferroviaire aux convois de trains tant marchandises que passagers d’y circuler à nouveau.

La Coalition propose au MTQ : la réouverture du tronçon ferroviaire entre Caplan et New Carlisle rendant ainsi disponible le transport de marchandises à partir de New Carlisle. Cela permettrait également un service autorail de VIA Rail entre Matapédia et New Carlisle jumelé à un service d’autocars nolisés temporaire entre New Carlisle et Gaspé, dans une première étape.

La Coalition analyse le dossier de la façon suivante : en rendant disponibles les voies ferrées jusqu’à New Carlisle, des revenus versés à la SCFG pour l’utilisation de ses voies ferrées par ces deux clients pourraient être de l’ordre de 828 000 $ annuellement.

« Le chemin de fer de la Gaspésie peut et doit devenir un levier économique additionnel autant pour les entreprises, le tourisme et les activités économiques associés à celles-ci, d’où l’importance de la réouverture des services jusqu’à New Carlisle dans une première étape », insiste la Coalition.

À lui seul, les trains voyageurs de VIA Rail ont transporté une moyenne annualisée de 160 personnes pour chaque voyage du train vers la Gaspésie et son retour vers Montréal. Sur une période de 10 ans entre 2004 et 2014, 250 656 voyageurs ont pris le train Montréal – Gaspé.

D’autre part, les revenus liés aux dépenses des voyageurs, si l’on calcule une moyenne de 500 $ pour chaque visite en Gaspésie, ont été de l’ordre de 125 328 000 $ injectés dans l’économie de la région au cours de cette même période, soit de 2004-2014.

Par ailleurs, le train de VIA Rail Montréal – Gaspé a transporté durant 10 ans, soit de 1998 à 2008, 2,400 touristes annuellement venant de deux grandes agences de voyages américaines, Maupintour et Tauck tours, en plus de tous les autres touristes qui utilisaient aussi les services d’autres agences ou qui voyageaient individuellement ou en groupe par train de Montréal à Percé. Si chaque voyageur résidant dans les hôtels luxueux de Percé y a dépensé environ 500 $, on calcule donc des retombées de 1,2 M$  annuellement pour cette période.

Les citoyens doivent s’impliquer

La Coalition souhaite ardemment que les Gaspésiens et citoyens de tout le Québec s’impliquent dans le dossier en demandant au Premier ministre du Québec Philippe Couillard d’intervenir dans ce dossier et aussi au ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard, d’autoriser la réouverture du tronçon Caplan – New Carlisle.

Les raisons sont nombreuses à favoriser la reprise du service de marchandise et du transport des passagers sur le rail gaspésien. Selon la Coalition, ces raisons sont : les soins de santé : la population de la Gaspésie est vieillissante et des malades ont besoin du train pour se déplacer à Rimouski, Québec et Montréal pour obtenir des soins ;  le tourisme: de nombreux visiteurs aiment venir en Gaspésie en train pour visiter des amis ou leur famille ; l’éducation: les jeunes Gaspésiens doivent souvent se rendre à l’extérieur de la région afin de poursuivre leurs études ; l’économie et l’emploi: le train est un outil primordial pour l’économie de la région. Les gens de tous les secteurs d’activités devant se rendre ailleurs pour affaires trouvent dans ce moyen une façon confortable et abordable de se déplacer ; l’environnement: les changements climatiques et le réchauffement planétaire sont deux des principaux problèmes touchant notre société. Le train constitue une façon efficace de retrancher des véhicules de nos routes et d’abaisser nos émissions de gaz à effet de serre.

On aime le train…

Les Gaspésiens ont toujours utilisé leur train de passagers. En 2010 et 2011, 55,356 passagers ont pris le train Montréal-Gaspé, alors que le train régional Montréal-Jonquière a transporté 27,397 et le train Montréal-Senneterre en a eu 24,316. En terme d’achalandage, le train Montréal-Gaspé est utilisé à 102% de plus (le double) que le train Montréal-Jonquière et le train Montréal-Gaspé est utilisé à 128% de plus que le train Montréal-Senneterre.