Un possible brise-lame de pierre au quai de Percé soulève l’inquiétude du député

Un possible brise-lame de pierre au quai de Percé soulève l’inquiétude du député

Le quai de Percé serait dans un piteux état selon le député de la circonscription de Gaspé.

Crédit photo : Ariane Aubert Bonn

(Un texte d’Ariane Aubert Bonn)La forme que pourrait prendre le quai de Percé, soit celle des quais industriels pourvus d’un brise-lame de roches, inquiète le député Gaétan Lelièvre.

Le quai de Percé est en processus de cession du gouvernement fédéral vers le provincial et les termes sont toujours en négociation, puisque le provincial s’attend à récupérer une infrastructure en bon état. Des informations découlant de ces négociations sont parvenues au député de Gaspé, Gaétan Lelièvre. Ce dernier sait que le dossier n’est pas clos, mais ce qu’il entend à ce stade-ci le fait sourciller.

Après s’être entretenu avec la MRC du Rocher-Percé, la municipalité et le ministre Jean D’Amour (responsable de la stratégie maritime), le député comprend que selon certains scénarios, le quai de Percé pourrait comprendre une part importante d’enrochement.

« Le montant que le fédéral est prêt à investir est insuffisant pour rebâtir le quai tel qu’il est aujourd’hui. On parle autour de 5 millions, mais ça peut coûter facilement le double pour faire un quai de la même longueur que le quai actuel », indique Gaétan Lelièvre.

Un scénario d’enrochement

« J’entends toutes sortes de choses. Par exemple, un scénario serait de faire un quai en roche comme à Sainte-Thérèse-de-Gaspé ou à l’Anse-à-Beaufils. Actuellement, on a un quai sur lequel on peut [accoster] des deux côtés, beaucoup plus polyvalent », affirme Gaétan Lelièvre, en spécifiant que le quai doit répondre aux besoins des exploitants touristiques, des touristes eux-mêmes et des pêcheurs. « Il faut que le quai soit accessible pour les touristes. Si c’est un brise-lame de roche, il va y avoir une partie non accessible », précise-t-il.

Arrondissement naturel

Le centre-ville de Percé est un arrondissement naturel assujetti à des normes sévères en matière de respect des normes visuelles patrimoniales. Pour le député, le scénario de l’enrochement du quai serait inadmissible dans ce contexte. « Un quai en roche dans le cœur du village de Percé, ce serait défigurer le village », affirme-t-il.

« Ce n’est pas vrai que le gouvernement fédéral n’a pas les moyens de restaurer ce quai en respectant le patrimoine. Le commun des mortels qui veut changer une planche sur sa galerie doit respecter les normes. Ce serait s’accorder un passe-droit par rapport aux citoyens qui payent toujours plus cher », renchérit le député.

Gaétan Lelièvre promet d’être très vigilant dans ce dossier afin de s’assurer que les gens de Percé puissent continuer de jouir de cet attrait. « Le quai est l’endroit en Gaspésie où passe le plus grand nombre de visiteurs chaque année », conclut le député, en précisant que le résultat doit être à la hauteur de l’achalandage des lieux.