Serons-nous vraiment 11,2 milliards?

Publié le 4 août 2015

La survie des enfants est toujours requise pour motiver la réduction de la taille des familles. L'éducation des filles, un mariage plus tardif et l'accès aux contraceptifs modernes contribuent aussi.

©Photo TC Media Archives

Quand la population mondiale plafonnera, nous serons quatre milliards de plus. Un milliard parce qu'on vivra plus longtemps, et trois milliards car plus d'enfants naîtront là où il en meurt le plus. Vous avez bien lu.

La survie des enfants est toujours requise pour motiver la réduction de la taille des familles. L'éducation des filles, un mariage plus tardif et l'accès aux contraceptifs modernes contribuent aussi.

On ne l'a pas assez dit, le temps des grandes familles est révolu! Cinq milliards de personnes vivent dans des régions où les familles ont en moyenne deux enfants (Europe 1,45, Amérique 2,1, Canada 1,6, Chine 1,5, Bengladesh 2,3, Inde 2,5). Cependant, deux milliards de personnes vivent là où la pauvreté, la mortalité infantile et l'analphabétisme ont reculé, mais pas assez, si bien que les familles y sont passées seulement de sept à cinq enfants.

À noter que 11,2 milliards est une projection moyenne de la population en l'an 2100. Par exemple, le Nigeria pourrait plafonner entre 500 millions et un milliard. Mais en septembre, les Objectifs de développement durable (ODD) seront adoptés aux Nations unies. Ils touchent entre autres la pauvreté, la survie et l'éducation. Les réaliser serait garant d'un bel avenir incluant une stabilisation de la population à moins de 11,2 milliards.

armi les ressources nécessaires pour réaliser les ODD, il faudra une aide internationale de 0,70% du PIB i.e. 70 cents par tranche de $100 du produit intérieur brut. Le Canada ne pourrait-il pas faire mieux que son 0,22% actuel?