Inventaire aérien : l’orignal roi et maître en Gaspésie

Inventaire aérien : l’orignal roi et maître en Gaspésie

La population hivernale d'orignaux a été estimée à plus de 16 000 individus, soit une densité moyenne de 8,9 orignaux par 10 km².

Crédit photo : Photo gracieuseté

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a dévoilé aujourd’hui les résultats de l’inventaire aérien de l’orignal, réalisé au cours de l’hiver 2017, dans la zone de chasse 1 (Gaspésie).

Dans le cadre du suivi de la population d’orignaux de la zone de chasse 1, la Direction de la gestion de la faune de la Gaspésie, en collaboration avec celle du Bas-Saint-Laurent, a réalisé un inventaire aérien de l’orignal dans cette zone, excluant les réserves fauniques et les parcs, entre le 20 janvier et 5 février 2017.

Cet inventaire avait pour but de préciser le niveau de population hivernale d’orignaux, les principaux paramètres démographiques et le taux d’exploitation par la chasse sportive à l’automne 2016.

La population hivernale d’orignaux a été estimée à plus de 16 000 individus, soit une densité moyenne de 8,9 orignaux par 10 km². Ce résultat représente une augmentation de 13 % par rapport à celui estimé de 7,9 orignaux par 10 km² à l’inventaire précédent, réalisé à l’hiver 2007.

La structure de cette population a connu des changements importants depuis 2007. La population hivernale est dominée par une proportion élevée de femelles adultes (64 %), soit une augmentation de 29 % comparativement à 2007. La proportion de mâles dans la population adulte a pour sa part diminué, passant de 29 %  en 2007 à 17 % en 2017.

L’analyse des résultats indique que l’état de situation de la population d’orignaux de la zone 1, excluant les réserves fauniques et les parcs, en 2017, serait principalement imputable à la protection accrue des femelles et au taux d’exploitation élevé des mâles adultes au cours des dernières années.

Rappelons que la zone 1 accueille près de 25 000 chasseurs annuellement. Ces deux facteurs ont eu pour impact d’accentuer le déséquilibre des sexes dans la population et d’influer ainsi sur sa productivité.

Pour assurer le maintien de la densité cible de 10 orignaux par 10 km² établie dans le plan de gestion 2012-2019, le Ministère augmentera l’objectif de récolte annuel de femelles adultes au cours des prochaines saisons en ajustant à la hausse le nombre de permis délivrés annuellement autorisant leur abattage. Cette stratégie de gestion permettra du même coup d’atténuer le déséquilibre des sexes actuellement observé dans la population, de diminuer la pression de chasse sur les mâles adultes et de favoriser une meilleure productivité globale de la population.

 

  • Robert Vayette

    Bonjour
    J’aimerais beaucoup aller chasser dans ce beau coin qui est la Gaspésie. Ce serais ma première chasse à l’arbalète et quelles sont les consignes à suivte

    • Olivier Tremblay

      Oui mais il faut etre fait fort pour se faire une place. Notre groupe a recu de menaces armées et les gens ont tiré a 2 reprises dans notre roulotte. Depuis c est moins pire des gens vienne se stationner sous notre cache pendant que nous y sommes et nous recevons des doits d honneurs. Pour éviter cela, je vous conseille un parc ou une zec comme matane, duniere, méthis, rimouski, chic-chocs ou faribeault. Vous aurez de vrai vacances!

  • Jean-Marie Touzin

    Pour avoir chassé pendant des années, avoir à son actif plus de 20 orignaux, je crois qu’il est préférable de demeurer avec un cheptel de 3 @ 4 femelles par mâle et de permettre une fois tous les 7 ans, la permission d’abattre le mâle, la femelle et le veau. En toutes autres circonstances, le veau ne devrait jamais être abattu.