François Whittom souligne cette année ses 20 ans avec les Flyers

François Whittom souligne cette année ses 20 ans avec les Flyers

François Whittom analyse les données après une évaluation de la forme physique des joueurs.

Crédit photo : Gracieuseté

(Un texte d’Alain Lavoie) – Le spécialiste en physiologie de l’exercice, François Whittom, souligne ces jours-ci le 20e anniversaire de son association avec les Flyers de Philadelphie.

« Et oui, ça fait 20 ans cette année que je suis responsable de l’évaluation de la condition physique des joueurs du club des Flyers », résume celui que nous avons rejoint à Québec récemment. Profitant des séries éliminatoires dans le monde du hockey de la LNH, le spécialiste, originaire de Chandler, voulait souligner cet anniversaire important.

Son travail avec les Flyers consiste à déterminer le niveau de condition physique des joueurs, orienter le développement des stratégies d’entraînement spécifiques pour chacun et aider l’équipe d’entraîneurs à prendre les décisions les plus éclairées pour le club de la Pennsylvanie.

« En 1998, j’ai mis en place ma compagnie et j’ai lancé un laboratoire en physiologie de l’exercice que j’ai opéré pendant une douzaine d’années. En partant mon laboratoire, j’ai signé un contrat avec les Flyers et, depuis ce temps-là, on ne s’est jamais laissé. Cette équipe a toujours, année après année, fait appel à mes services », explique celui qui après des études primaire, secondaire et collégiale en Gaspésie s’est dirigé vers l’Université Laval.

Lindros…

À travailler constamment avec l’aspect physique des joueurs de hockey, François Whittom a croisé des joueurs très doués. Éric Lindros est de ceux-là. Premier choix au total lors du repêchage de la LNH en 1991 – repêché par les Nordiques de Québec – ce dernier a joué pour Toronto, New York (Rangers) et surtout les Flyers de Philadelphie dans les années 1990.

Joueur de franchise, il avait un physique imposant, très fort, en plus d’une habileté rare dans le maniement de la rondelle. « En partant, quand tu te rends dans la Ligue nationale, c’est que tu es un athlète extraordinaire. Je pourrais te nommer des joueurs qui ont des conditions physiques exceptionnelles, mais un qui me vient en tête est Éric Lindros. Il mesure 6 pieds 5 pouces avec un poids de 240 livres. C’est un très gros gaillard. C’est un joueur extrêmement fort, mais au détriment de d’autres qualités athlétiques. Des fois, ils peuvent être moins endurants, avoir des temps de réaction moins importants mais lui, en termes de condition physique, c’était vraiment quelque chose de particulier. »

Est-ce que présentement, au sein des joueurs des Flyers, il y a d’autres joueurs qui possèdent une forme physique unique? Tenu à la confidentialité en vertu de ses contrats, François Whittom parle tout de même d’un excellent joueur qui était jusqu’à tout récemment en séries éliminatoires contre les Penguins de Pittsburgh.

« Ce n’est pas secret de parler de Claude Giroux qui a connu une saison extraordinaire cette année. Claude s’est présenté au camp d’entraînement dans une forme physique qui était supérieure aux attentes. »

François Whittom était aux premières loges le 26 février dernier au Centre Bell à l’occasion d’un affrontement entre les Flyers et le Canadien.

Plus en forme qu’avant?

Est-ce que la progression des habiletés des joueurs ainsi que celle de leur forme physique est meilleure depuis deux décennies? François Whittom n’hésite pas un seul instant. La réponse est oui. « Je considère que j’ai été un observateur choyé. Le hockey, aujourd’hui, est une vraie science. Il se fait présentement de la recherche dans ce domaine, de la recherche extrêmement importante. Oui, les techniques d’entraînement de 1998 et d’aujourd’hui ont beaucoup changé », analyse le Gaspésien. Ce dernier prend pour exemple l’évolution de la mécanique des mouvements au fil des ans.

« Regarde un match de 1998 et un match d’aujourd’hui, tu vas voir qu’il y a une différence extrêmement importante juste au niveau de la technique de jeu. Le jeu a progressé de façon très importante. Les joueurs sont plus rapides et plus endurants. »

Comment alors expliquer un tel changement en l’espace de deux décennies seulement? Le spécialiste en sciences de l’activité physique et kinésiologie attribue cette progression à deux ou trois facteurs importants.

« Facteur 1 :  la science du sport. Les études et les recherches viennent améliorer de beaucoup la forme des joueurs. Facteur 2 : la compétition est extrêmement importante dans la Ligue nationale. Cette compétition fait en sorte que les joueurs ont pris conscience dans les 20 dernières années qu’ils doivent être prêts. Les joueurs établis doivent se préparer, la ligue est plus jeune, la moyenne d’âge diminue. Qui plus est, dans la nouvelle convention que les joueurs ont signée avec l’organisation, il y a une obligation pour eux de se tenir en forme sur une période d’une année au complet et non pas juste au niveau d’une saison de hockey. Donc, les joueurs doivent se présenter au camp d’entraînement dans une forme physique exemplaire. »

Question de ratio

François Whittom fait également état que dans tout entraînement, il y a toujours un ratio à considérer entre entraînement, moment de repos, intensité de travail et nombre de répétitions. « Mon expertise, c’est d’évaluer la condition physique, en premier. Après, je m’assois avec les trois spécialistes de l’entraînement des Flyers et je leur explique ce que je peux lire avec mes données pour les alimenter sur les forces et les faiblesses des joueurs, sur les intensités de travail à respecter. Eux, à partir de ce moment, et quotidiennement avec les joueurs, ils doivent gérer cet équilibre. »

Il faut être fait fort pour jouer dans la LNH

Malgré les quolibets et les railleries de plusieurs gérants d’estrade à propos de la capacité de certains joueurs à évoluer dans la LNH, il n’en demeure pas moins qu’il faut être fait fort pour jouer à un tel niveau.

Du moins, c’est l’opinion de François Whittom qui explique que la saison compte présentement 82 matches, plus ceux des séries éliminatoires. « C’est une demande physique extrêmement importante pour un athlète, d’où l’importance de bien se préparer pour être dans une grande forme physique. Aussitôt que la saison se termine, les joueurs s’accordent une période de repos très importante. »

Sauf qu’après le repos, c’est rapidement le retour au boulot avec la saison qui recommence dès la période estivale, au moment de la préparation physique du joueur. « Il arrive ensuite au camp d’entraînement et au match numéro 1 et il doit déjà se surpasser. Le joueur est en compétition avec des plus jeunes qui poussent toujours plus fort. À moins d’avoir un talent exceptionnel, comme Sidney Crosby, il n’y a personne qui a une place garantie. Ce sont de très, très longues saisons et les joueurs doivent être dans une forme exceptionnelle pour demeurer en santé. »

Avec une pareille demande en énergie physique et mentale, est-ce que les joueurs utilisent des produits illicites? Là-dessus, François Whittom répond par la négative. « La Ligue a son propre programme de dépistage des produits illicites. Personnellement, quand je suis à Philadelphie, je partage la vie des joueurs, je suis dans leur vestiaire et je n’ai jamais vu de joueur utiliser ce type de substance. »

Sur les bancs d’école

1992 : Baccalauréat en Sciences de l’activité physique/kinésiologie

1995 : Maîtrise en Sciences de l’activité physique (Recherche en physiologie respiratoire IUCPQ)

1997 : Doctorat en recherche de la faculté de médecine (physiologie respiratoire)