Fortes marées: l’heure est au bilan à Chandler

Fortes marées: l’heure est au bilan à Chandler

Le directeur de la sécurité civile, Jacques Bélanger.

Crédit photo : Photo Thierry Haroun.

(Un texte de Thierry Haroun) L’heure est au bilan suivant les fortes marées qui ont frappé le littoral de Chandler dans la nuit du 4 au 5 janvier dernier.

Pas moins de 12 résidences et chalets situés le long de la rue de la plage ont été secoués et endommagés, parfois très sérieusement, alors que 9 personnes ont dû être évacuées rapidement pour assurer leur sécurité en plein milieu de la nuit.

Bobby Bastien, le chef en Sécurité incendie de Chandler, raconte que lui et son équipe étaient à pied d’œuvre pour l’évacuation. «On était huit pompiers en devoir cette nuit-là pour assurer le suivi de la tempête et faire de la prévention. Il nous a fallu d’abord identifier les gens et les localiser en cas d’évacuation et c’est ce qu’on a fait à 3h30 le matin alors que la mer commençait à gagner du terrain et passer par-dessus. L’évacuation s’est bien déroulée. »

Mission accomplie donc pour le chef pompier qui a remis toutes les informations pertinentes aux autorités provinciales pour la suite des choses. «De notre côté, quand on a terminé notre travail nous avons remis nos informations à la Sécurité civile.»

Justement, le directeur régional de la Sécurité civile, Jacques Bélanger, confirme que l’évacuation et le mode opératoire de toutes équipes mobilisées se sont bien déroulés. Il fait également valoir que l’heure est au bilan dans le but de savoir qui aura droit à une aide financière au titre de la loi. «On est à faire un bilan complet. Nos experts sont sur place que ce soit des géomorphologues ou encore des hydrologues. Mais je peux déjà vous dire que les chalets ne sont pas éligibles au programme spécial du gouvernement. Seules les résidences principales le sont, le cas échéant.»

La mairesse satisfaite

Les personnes évacuées ont depuis regagné leur résidence respective, confirme la mairesse, Louisette Langlois, qui tient à saluer toutes les équipes «qui ont fait un très bon travail». Elle tient toutefois à dire aux citoyens concernés par les malheureux événements de faire preuve de patience.

« Absolument. Il faut faire preuve de patience pour voir s’ils ont droit à une aide parce que des tempêtes il y en a eu partout au Québec », dit-elle en rappelant qu’il existe deux bureaux régionaux de la Sécurité civile, soit à Gaspé et Rimouski. (Les trois photos de la tempête sont de la Ville de Chandler)