Collision mortelle entre un motocycliste et un orignal à Matapédia

Pas eu de chance

Alain Lavoie alain.lavoie@tc.tc Publié le 14 juin 2015

Voici une photo qui illustre très bien les dangers que peuvent représenter les orignaux ou encore les chevreuils sur la route 132. Dans le cas de l'accident à Matapédia, un motocycliste a frappé un orignal.

©Photo TC Media - archives

Les policiers de la Sûreté du Québec ont été appelés vers 23 h 45 dans la nuit de samedi pour un accident sur la route 132, à Matapédia. La route a été fermée et la circulation s’est faite en alternance jusqu’à 2 h, ce matin.

Les circonstances de l’accident sont simples : le motocycliste a frappé l’orignal qui traversait la route à cet endroit. Un peu plus tard, un enquêteur de la SQ s’est rendu sur place afin d’analyser la scène. On ne connaît pas pour le moment l’identité de la victime.

On se rappellera que l’an dernier à pareille date dans la région du Témiscouata, les policiers ont répondu à plusieurs appels pour des accidents impliquant des orignaux.

« Il y a lieu de faire attention, signale le sergent Claude Doiron de la SQ à Rimouski. Avec l'arrivée des mouches dans les forêts, les cervidés vont sortir du bois. Cela se passe ainsi chaque année. L'arrivée des moustiques à ce temps de l'année fait déplacer cervidés qui aiment bien l'air libre, le temps de se débarrasser de ces moustiques. »

Vigilance sur les routes

Transports Québec recommande la plus grande vigilance sur les routes. En cette période, les orignaux et chevreuils sortent de leur aire d’hivernage et sont plus susceptibles de traverser les routes ou de se trouver sur les accotements, ce qui pourrait conduire à des accidents.

Faire bien attention aux panneaux signalant les cervidés, redoubler de vigilance à l’aube ou au crépuscule, si un animal traverse la route, s’attendre à ce que d’autres puissent le suivre, ralentir et ne pas freiner brusquement même en cas de collision imminente sont autant de conseils fournis par le Ministère.

Au Québec, Transports Québec estime à environ 1 000 par année le nombre de collisions avec un orignal. Plusieurs de ces accidents entraînent des blessures graves, voire mortelles. Comme l’orignal est un animal de grande taille, le corps heurte le pare-brise et la partie avant du toit au moment d’un impact avec une voiture. C’est pourquoi les conséquences sont souvent sérieuses pour les passagers du véhicule.

Concernant les cerfs de Virginie, compte tenu de leur taille relativement petite, les accidents n’entraînent généralement que des dommages matériels.

Des conseils

Voici les conseils de sécurité plus précis émis par Transports Québec : soyez conscient du fait que heurter un chevreuil ou un orignal, ça n’arrive pas qu’aux autres; respectez les limites de vitesse et soyez toujours vigilant, encore plus dans les secteurs où des panneaux de signalisation indiquent la présence fréquente de cerfs de Virginie ou d’orignaux. Redoublez de prudence durant les périodes du jour considérées comme périodes où le danger de heurter un animal est le plus grand, soit l'aube et le crépuscule, et ce, particulièrement en juin et en juillet ainsi qu'en octobre et en novembre; soyez spécialement attentif dans les secteurs où la visibilité est réduite en raison de la présence de courbes, de pentes ou de végétation dense en bordure de la route. Ralentissez immédiatement si vous soupçonnez la présence de cervidés aux abords de la route. Ces animaux sont nerveux et imprévisibles; ils peuvent très rapidement surgir sur la chaussée; en actionnant vos freins à plusieurs reprises, signalez la présence de cervidés aux conducteurs qui vous suivent. Rappelez-vous que les cervidés se déplacent souvent en petits groupes, particulièrement dans le cas du cerf de Virginie. Si l’un de ces animaux traverse la route devant votre véhicule, ralentissez et soyez aux aguets, car d’autres pourraient le suivre; n’effectuez jamais de manœuvre brusque pour tenter d’éviter un cervidé au dernier moment; un accident beaucoup plus sérieux pourrait en résulter. Dans la plupart des cas, lorsque la collision semble imminente, ralentissez et freinez progressivement. Dans le cas du cerf de Virginie, il vaut souvent mieux heurter l’animal que de chercher à l’éviter et ne vous fiez pas à certains gadgets offerts sur le marché (par exemple, le sifflet à chevreuil) pour assurer votre sécurité; ils n’ont pas fait leurs preuves. Votre meilleur atout demeure une attitude de conduite préventive.(Collaboration L'Avantage)

En manchette

« Amène ta visite » dans Rocher-Percé

L’Office de tourisme du Rocher-Percé veut que les gens des MRC du Rocher-Percé, Côte-de-Gaspé et Bonaventure se promènent un peu partout cet été pour visiter les nombreux attraits du secteur de Port-Daniel-Gascons à Percé. Et la carte « Amène ta visite » facilitera les choses.

Sylvain Roy estime avoir fait des gains pour la Gaspésie

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, déplore qu’au terme de la session parlementaire l’austérité se poursuive pour les citoyens gaspésiens, notamment en santé et en éducation, mais affirme avoir néanmoins fait plusieurs gains pour la région dans le secteur forestier, en santé et dans le secteur de la faune.

Collision mortelle entre un motocycliste et un orignal à Matapédia

Pas eu de chance

Alain Lavoie alain.lavoie@tc.tc Publié le 14 juin 2015

Voici une photo qui illustre très bien les dangers que peuvent représenter les orignaux ou encore les chevreuils sur la route 132. Dans le cas de l'accident à Matapédia, un motocycliste a frappé un orignal.

©Photo TC Media - archives


Les policiers de la Sûreté du Québec ont été appelés vers 23 h 45 dans la nuit de samedi pour un accident sur la route 132, à Matapédia. La route a été fermée et la circulation s’est faite en alternance jusqu’à 2 h, ce matin.

Les circonstances de l’accident sont simples : le motocycliste a frappé l’orignal qui traversait la route à cet endroit. Un peu plus tard, un enquêteur de la SQ s’est rendu sur place afin d’analyser la scène. On ne connaît pas pour le moment l’identité de la victime.

On se rappellera que l’an dernier à pareille date dans la région du Témiscouata, les policiers ont répondu à plusieurs appels pour des accidents impliquant des orignaux.

« Il y a lieu de faire attention, signale le sergent Claude Doiron de la SQ à Rimouski. Avec l'arrivée des mouches dans les forêts, les cervidés vont sortir du bois. Cela se passe ainsi chaque année. L'arrivée des moustiques à ce temps de l'année fait déplacer cervidés qui aiment bien l'air libre, le temps de se débarrasser de ces moustiques. »

Vigilance sur les routes

Transports Québec recommande la plus grande vigilance sur les routes. En cette période, les orignaux et chevreuils sortent de leur aire d’hivernage et sont plus susceptibles de traverser les routes ou de se trouver sur les accotements, ce qui pourrait conduire à des accidents.

Faire bien attention aux panneaux signalant les cervidés, redoubler de vigilance à l’aube ou au crépuscule, si un animal traverse la route, s’attendre à ce que d’autres puissent le suivre, ralentir et ne pas freiner brusquement même en cas de collision imminente sont autant de conseils fournis par le Ministère.

Au Québec, Transports Québec estime à environ 1 000 par année le nombre de collisions avec un orignal. Plusieurs de ces accidents entraînent des blessures graves, voire mortelles. Comme l’orignal est un animal de grande taille, le corps heurte le pare-brise et la partie avant du toit au moment d’un impact avec une voiture. C’est pourquoi les conséquences sont souvent sérieuses pour les passagers du véhicule.

Concernant les cerfs de Virginie, compte tenu de leur taille relativement petite, les accidents n’entraînent généralement que des dommages matériels.

Des conseils

Voici les conseils de sécurité plus précis émis par Transports Québec : soyez conscient du fait que heurter un chevreuil ou un orignal, ça n’arrive pas qu’aux autres; respectez les limites de vitesse et soyez toujours vigilant, encore plus dans les secteurs où des panneaux de signalisation indiquent la présence fréquente de cerfs de Virginie ou d’orignaux. Redoublez de prudence durant les périodes du jour considérées comme périodes où le danger de heurter un animal est le plus grand, soit l'aube et le crépuscule, et ce, particulièrement en juin et en juillet ainsi qu'en octobre et en novembre; soyez spécialement attentif dans les secteurs où la visibilité est réduite en raison de la présence de courbes, de pentes ou de végétation dense en bordure de la route. Ralentissez immédiatement si vous soupçonnez la présence de cervidés aux abords de la route. Ces animaux sont nerveux et imprévisibles; ils peuvent très rapidement surgir sur la chaussée; en actionnant vos freins à plusieurs reprises, signalez la présence de cervidés aux conducteurs qui vous suivent. Rappelez-vous que les cervidés se déplacent souvent en petits groupes, particulièrement dans le cas du cerf de Virginie. Si l’un de ces animaux traverse la route devant votre véhicule, ralentissez et soyez aux aguets, car d’autres pourraient le suivre; n’effectuez jamais de manœuvre brusque pour tenter d’éviter un cervidé au dernier moment; un accident beaucoup plus sérieux pourrait en résulter. Dans la plupart des cas, lorsque la collision semble imminente, ralentissez et freinez progressivement. Dans le cas du cerf de Virginie, il vaut souvent mieux heurter l’animal que de chercher à l’éviter et ne vous fiez pas à certains gadgets offerts sur le marché (par exemple, le sifflet à chevreuil) pour assurer votre sécurité; ils n’ont pas fait leurs preuves. Votre meilleur atout demeure une attitude de conduite préventive.(Collaboration L'Avantage)