L’ex-directeur des travaux publics dépose une plainte contre Chandler

L’ex-directeur des travaux publics dépose une plainte contre Chandler

La mairesse Louisette Langlois s'inquiète des conséquences de la décision du conseil de baisser le salaire du directeur des travaux publics.

Crédit photo : Photo Ariane Aubert Bonn

(Un texte d’Ariane Aubert Bonn) – Le conseil de ville de Chandler mandate Me Conrad Delisle pour se défendre contre l’ex-directeur des travaux publics.

L’affaire continue de faire couler de l’encre. L’ex-directeur des travaux publics de Chandler, dont le salaire a été revu à la baisse de 23 000$, a déposé une plainte au Tribunal administratif du travail. L’employé a refusé de signer le nouveau contrat proposé par le conseil municipal. La convocation est prévue les 3 et 4 juillet à Gaspé.

Afin de jouir d’une protection et d’avis qualifiés, les conseillers des cinq quartiers ont engagé Me Conrad Delisle pour les représenter. Toutefois, ces derniers se gardent une réserve sur l’ampleur du mandat qui lui sera accordé, ne sachant pas quelles proportions pourrait prendre l’affaire et voulant éviter des coûts inutiles.

La mairesse se tient à l’écart

C’est après avoir dressé un bilan complet de sa version de la situation, expliquant pourquoi l’ancien conseil avait octroyé un salaire plus élevé au directeur en question, que la mairesse Louisette Langlois a convenu de ne pas prendre part à ce vote sur l’embauche d’un avocat. « Comme gestionnaire, je préfère me retirer », a-t-elle affirmé. Toutefois, cette dernière n’a pas caché son inquiétude face à la situation. « Il y a déjà jurisprudence dans une affaire semblable, ce n’est pas bon signe. Ça veut dire que le fameux 23 000$ qu’on aurait [sauvé sur le salaire du directeur] pourrait nous coûter très cher », analyse la mairesse.

Informations en fuite?

Le dossier est maintenant entre les mains d’avocats. Toutefois, le conseiller Bruno-Pierre Godbout suspecte une fuite d’informations de la part d’un membre du conseil dans ce dossier. « On se rend compte qu’il y avait des éléments de preuve qui étaient confidentiels au conseil qui se retrouvent dans la preuve de la partie adverse. Alors on se questionne à savoir où l’avocat [de l’ex-employé] a pris l’information. Est-ce qu’il y a des personnes au sein du conseil qui laissent couler de l’information? », lance le conseiller du quartier Newport.

  • Robert Roy

    Tiens tiens des fuites! Monsieur se prend pour Lafreniere de Lupac, j’espère qu’il y en aura des fuites, as t’on quelques choses a cacher? Que de temps perdus et argent jeté par la fenêtre, et un recul pour notre ville. Quel est le réel motif de votre démarche M.Godbout, car a date votre action ne tient pas la route.

    • Annette Bujold

      Comme nous sommes les payeurs. Nous devons tout savoir cher monsieur et aussi ce qui concerne nos dirigeants .
      Nous devons savoir qui nous dirigent et leurs intentions premières : LE capital politique ? La vengeance ? L’envie maladif de mettre la pagaille dans notre ville ?
      Les citoyens ne sont pas aveugles ….prenez en bien note .
      L’harmonie !Le respect ! C’est possible ça chez nous ?

    • Alain Albert

      Je crois que, le seul motif est de protéger des gens comme vous, de se faire passer des sapins sans sentir ou savoir ou il passe…

  • Que_bec87

    « Toutefois, le conseiller Bruno-Pierre Godbout. » Curieux comme le journal Le Havre accorde de la place à ce M. Godbout. Qui est-il au juste pour qu’à chaque fois il termine l’information avant le 1er magistrat de la ville. Note @ Jean-Philippe Thibault. Ce n’est pas 5 conseillers, mais plutôt 4.

    Gilles Thibodeau Pabos.

    • Alain Albert

       » La mairesse  »expliquant pourquoi l’ancien conseil avait octroyé un salaire plus élevé au directeur en question »
      Informez-vous de l’ancien conseil municipal s’ils ont voté pour ce salaire et la réponse sera non ..Tout a été fait dans leurs dos par la mairesse.

  • Jacques Bujold

    Il y a quelques temps, j’avais fait la prédiction qu’un jour le conseil se retrouvera à Infoman. J’ai vu il y a quelques semaines que j’avais eu raison et ce n’est pas drôle du tout. Il est très triste de voir que Chandler devient à nouveau sujet de moquerie au lieu d’être identifié comme un exemple de fierté et de solidarité, de respect et de bonne entente, d’ouverture et de créativité.Quand certains acteurs autour de la table du conseil auront-ils la maturité pour se rendre compte à quel point leur acharnement à tout bloquer est néfaste, destructeur et coûteux pour les citoyens dont ils se vantent vouloir le plus grand bien? Il y a quelques temps, il y avait un conseiller, probablement assoiffé de pouvoir et de popularité, qui faisait la pluie et le beau temps dans les médias locaux, sommes-nous à nouveau en train d’écrire le même scénario. Je souhaite que l’harmonie et la bonne entente s’installent enfin au sein du conseil afin de consacrer l’énergie déployée au service du développement et non pas à la zizanie.