Épuisement du personnel en soins : des solutions sont sur la table

Épuisement du personnel en soins : des solutions sont sur la table

Le SIIIEQ-CSQ représente 1 050 infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes répartis sur le territoire de la Gaspésie.

Crédit photo : Deposit photo

À l’approche de la 2e ronde de consultation visant les négociations de la convention collective locale, le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est du Québec (SIIIEQ-CSQ) revendique des mesures concrètes pour soulager ses membres et améliorer de façon significative leurs conditions de travail.

Le président du SIIIEQ-CSQ, Pier-Luc Bujold, a dévoilé aujourd’hui, en conférence de presse, les solutions qui seront soumises à ses membres dans le cadre d’une tournée importante.

« Cette négociation est prise très au sérieux par le SIIIEQ-CSQ et nous espérons que l’amélioration des conditions de travail de nos membres préoccupe également l’employeur. Jusqu’au 15 février, nous serons en tournée auprès de nos membres dans les 21 sites de santé et services sociaux en Gaspésie pour discuter des solutions que nous entendons mettre de l’avant », explique Pier-Luc Bujold.

Des mesures concrètes

Le président du SIIIEQ-CSQ précise que son syndicat revendique une plus grande stabilité dans les équipes de travail, le remplacement des absences et l’embauche de plus de personnel pour contrer la rareté de main-d’oeuvre.

« Ces mesures sont incontournables, non seulement pour mettre fin à l’épuisement constant qui affecte nos membres, mais également pour assurer la qualité des soins à la population de la région. En effet, la trop grande fatigue du personnel augmente les risques d’incidents ou d’accidents qui peuvent survenir dans la dispensation des soins », mentionne Pier-Luc Bujold.

De plus, ce dernier précise que l’on exigera de l’employeur qu’il limite le plus possible le recours au temps supplémentaire obligatoire. « Il faudra clarifier les clauses à ce sujet dans notre convention collective », ajoute-t-il.

Tout le monde y gagne

Enfin, le leader syndical mentionne que les solutions proposées par le SIIIEQ-CSQ sont également favorables à l’employeur, puisqu’elles feront en sorte qu’il sera plus facile de retenir le personnel en poste et d’attirer une relève dans la région.

« Les différentes situations critiques vécues dans les milieux de travail ont des conséquences majeures, tant sur le plan professionnel que personnel. Le gouvernement et la direction du CISSS Gaspésie ne peuvent plus fermer les yeux sur la situation critique que vivent les travailleuses et travailleurs de la santé de notre région, comme ailleurs au Québec. Philippe Couillard a demandé aux syndicats de proposer des solutions, c’est ce que nous faisons.Nous espérons que nous aurons une écoute en conséquence », conclut le président du SIIIEQ-CSQ. Nous nous assoirons dès le 22 février avec l’employeur afin de négocier.