Les élus de Chandler pourraient augmenter leur salaire

Les élus de Chandler pourraient augmenter leur salaire

Le conseil municipal de Chandler.

Crédit photo : Thierry Haroun

(Un texte de Thierry Haroun) Un autre enjeu ne fait pas l’unanimité au conseil municipal de Chandler, et cette fois ça concerne leur hausse salariale.

Visiblement à Chander quand il est question d’argent ça grince des dents entre élus. Après le feuilleton sur le salaire de 100 000 $ accordé au nouveau directeur des Travaux publics, ce qui a poussé la Ville à revoir les salaires des cadres à la lumière d’une plainte provenant de l’interne, voilà que les élus eux-mêmes ont dans leur carton le souhait d’augmenter leur propre salaire.

Dans les faits, celui de la mairesse Louisette Langlois passerait de 48 000$ à 60 000$, incluant l’allocation des dépenses et celui des conseillers serait revu à la hausse. Au total, on parle d’une augmentation totale de quelque 35 000$. Une décision, qui reste à être débattue et votée dans les prochaines semaines, et qui n’est pas étrangère, selon Mme Langlois, aux augmentations que se sont votés les élus de Percé (100% pour la mairesse pour un total de 60 000$ et 40% pour les conseillers pour un total 10 500$) de même que le maire de Carleton-sur-Mer avec une hausse de 55%. Elle cite aussi au passage le salaire du maire de Sainte-Anne-des-Monts qui est de 65 000$ et celui du maire de Bonaventure qui est de 63 000$ : des municipalités qui sont moins populeuses que Chandler. Autant de raisons qui justifient la hausse souhaitée, fait-elle valoir. « Oui. Écoutez, je gère la plus grosse population dans les MRC de Rocher-Percé et Bonaventure. »

@ST:Pas si vite…

@R:Le conseiller de Newport, Bruno-Pierre Godbout, mal à l’aise avec cette décision s’y opposera lors du vote. « Il y aura une séance de travail (à venir sous peu sur ce sujet). Il n’en a pas été question lors de la campagne électorale et je pense que si on avait parlé d’augmentation salariale durant la campagne on serait probablement sept nouveaux élus autour de la table. Donc, c’est sûr que je vais m’y opposer. »

Lors de la séance municipale du 5 février, un citoyen a aussi fait part de son irritation. « Ce qu’il se passe chez le voisin, ce n’est pas mon problème », a-t-il déclaré en réponse aux comparatifs salariaux qu’évoque la mairesse pour justifier sa hausse de salaire. « Moi, c’est ce qui se passe chez nous qui est mon problème, parce ce que c’est moi le payeur de taxe. Chaque dollar qui est dépensé par la Ville c’est une partie des sous que la Ville prend dans mes poches. »

À noter que depuis le 1er janvier, il faut l’appui des deux tiers du Conseil pour qu’une hausse salariale soit sanctionnée contrairement à la majorité simple exigée auparavant. En clair, à Chandler 4 des 6 conseillers devront être en faveur pour que ça passe.

 

  • Jean Rock Duguay

    Qui va refusé une augmentation de salaire les comiques