Mary Travers, dite La Bolduc, désignée comme personnage historique

Publié le 20 février 2016

Mary Travers, dite La Bolduc, est désignée comme personnage historique .

©Photo: Bibliothèque et Archives Canada

La ministre de la Culture Hélène David vient tout juste de désigner Mary Travers, mieux connue sous le nom de La Bolduc, à titre de personnage historique. Ce geste symbolique, posé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, coïncide avec le 75e anniversaire de son décès.

La vie de Mary Travers est documentée dans les Archives canadiennes comme étant le conte de fées d'une ménagère gaspésienne qui est passée d'une inconnue aux origines modestes à celle de véritable phénomène de l'industrie du disque des années 1930. On l'a d'ailleurs surnommé la « Reine des chanteurs folkloriques canadiens ».

Pendant sa carrière musicale qui n'aura duré qu'une dizaine d'années, La Bolduc a été reconnue au Canada français et aux États-Unis comme une artiste accomplie, autant sur scène que sur disque.

Elle est née dans le petit village de pêcheurs de Newport en Gaspésie. Mary Travers est l'un des six enfants de Lawrence Travers, anglophone de souche irlandaise, et de la Gaspésienne Adéline Cyr. Mary et ses onze frères et sœurs parlent anglais à la maison, mais s'expriment aussi couramment en français, dans leur dialecte régional. Mary ne fréquente pas longtemps l'école, mais assez pour apprendre à lire et à écrire le français. Son père sera son premier et seul professeur de musique.

En 1908, Mary Travers déménage à Montréal où elle cumulera différents emplois, d'abord comme domestique puis dans une usine de textile. Elle épouse Édouard Bolduc en 1914 et se retrouve enceinte presque continuellement dans les années suivantes.

De 1921 à 1928, La Bolduc est invitée à remplacer des musiciens à pied levé dans différents événements en plus de jouer à la maison pour divertir la famille et les amis. Peu à peu, elle gagne de l'expérience et devient une artiste habituée de jouer devant des salles remplies.

Le véritable déclic avec le public se fera à la radio de CKAC un soir où elle entonne un air folklorique qui charme l'audience, qui en redemande. Peu de temps après, elle signe un premier contrat de disque et enregistre « Y'a longtemps que je couche par terre ».

Elle connaîtra ensuite un véritable succès avec les chansons « La Cuisinière » et « Johnny Monfarleau ». La carrière de La Bolduc était lancée. Elle se distinguera notamment des autres artistes folkloriques de l'époque en introduisant les « turlutes » dans ses compositions.

Étant au sommet de sa gloire, La Bolduc fonde sa propre troupe et peut même se permettre d'engager un gérant et une gouvernante pour s'occuper de la marmaille pendant ses tournées.

Toutefois, la vie de Mary Travers bascule en 1937 lorsqu'elle est victime d'un grave accident au retour d'un spectacle à Rivière-du-Loup. Des complications suite à cet accident de la route, puis la découverte d'une tumeur mettront un terme à la carrière de La Bolduc, qui s'éteindra le 20 février 1941 à l'âge de 46 ans.

Pour souligner le 75e anniversaire du décès de La Bolduc, une messe commémorative sera célébrée à l'église de Newport ce dimanche où le public est invité à revêtir des costumes d'époque. Pour l'occasion, Sylvie Duguay, qui personnifie déjà La Bolduc au site de reconstitution historique Mary Travers, reprendra quelques airs de la célèbre Gaspésienne.