CISSS: 7.9 M$ en assurance-salaire

CISSS: 7.9 M$ en assurance-salaire

Le CISSS de la Gaspésie verse 7,9 M$ en assurance-salaire pour cause d'absentéisme.

Crédit photo : Thierry Haroun

(Un texte de Thierry Haroun)L’absentéisme au travail coûte des millions de dollars au réseau de la santé en Gaspésie. Toutefois, tout est fait présentement pour tenter de contenir voire diminuer l’ampleur du problème.

La statistique à retenir est la suivante: pour l’année fiscale 2017-2018, le CISSS de la Gaspésie verse 7,9 M$ en assurance-salaire pour cause d’absentéisme, ce qui représente 8,24 % de la masse salariale annuelle. Une hausse de 800 000$ par rapport à l’année précédente. Et depuis 2015, on note une hausse d’absentéisme de 2% par année, selon les données que nous avons obtenues.

Tout cela n’est pas étranger à un personnel de la santé qui est poussé à bout. Pour preuve, une sortie récente du Conseil central de la CSN de la Gaspésie-les-îles à Gaspé. Son vice-président, Serge St-Pierre, avait ceci à dire devant la presse régionale. « On est présentement dans un cercle vicieux. Le personnel de la santé que nous représentons fait face à une surcharge de travail. En plus, il y a un manque de personnel, ce qui entraîne de l’épuisement et des arrêts de travail pour cause d’épuisement psychologique et physique. Par conséquent, ça provoque une surcharge de travail pour ceux qui restent en poste et le cercle reprend. Et tout cela se répercute sur le service offert aux utilisateurs du réseau de la santé », a-t-il fait savoir.

Le CISSS y travaille avec ses partenaires

Le porte-parole du CISSS, Michel Bond, est bien au fait du problème qui est, selon lui, multifactoriel. « Cela peut être lié au milieu de travail ou encore à une situation personnelle. Vous savez, tout le phénomène touchant la santé psychologique est en croissance dans le monde industriel en Amérique du Nord, ce n’est pas un problème qui est propre au CISSS de la Gaspésie. »

Non seulement M. Bond reconnaît le coût humain de ce fléau en milieu de travail, mais assure par la même occasion que son organisme a justement mis sur pied un comité stratégique et trois sous-comités, auxquels siègent l’ensemble des acteurs intéressés (syndicats comme patronat), qui consacreront toutes leurs énergies sur l’ensemble de cette problématique au cours des deux prochaines années de sorte à trouver solutions qui répondent aux priorités de la région. « Écoutez, ce n’est pas de gaieté de cœur que les gens sont en arrêt de travail. Mais derrière cela, il y a des coûts, oui, financiers, mais surtout humains qu’il faut prendre en compte. Et dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre, nous avons le devoir, tout le monde ensemble, de trouver des solutions qui sont propres à notre région et de les mettre en application pour améliorer l’ensemble de notre réseau. »

  • Robert Roy

    Comité et sous comité pour trouver une solution au problème, hé gang il est connu le problème, vous l’avez crée de toute pieces, coupures, coupures et coupures et vous vous croyez de bons gestionnaires!