Un message clair aux partis fédéraux

Samuel Duranceau-Cloutier samuel.duranceau@tc.tc Publié le 17 août 2015

Le premier ministre Philippe Couillard était présent au 33e Congrès-Jeunes du Parti libéral du Québec.

© Photo TC Media – Samuel Duranceau-Cloutier

Le premier ministre Philippe Couillard a lancé un message aux partis fédéraux, dimanche après-midi, lors de la fermeture du 33e Congrès-Jeunes du Parti libéral du Québec: il veut connaître leur vision du Québec à travers le Canada pour les prochaines années.

«Je veux entendre les partis fédéraux sur l'avenir de notre province dans le Canada», a-t-il affirmé en point de presse à l'Auberge Gouverneur de Shawinigan.

Se gardant bien de commenter le discours des différents chefs en liste, il a mentionné que le 19 octobre prochain, les Canadiens et Québécois allaient devoir prendre une décision. «Notre pays célèbrera son 150e anniversaire en 2017. Il représente un grand succès au plan international. Nous devons travailler dans un esprit de collaboration et de partage».

Le premier ministre a abordé la question de la souveraineté, écorchant au passage Pierre-Karl Péladeau du Parti québécois.

«C'est un concept qui serait viable à très long terme, mais je ne vois pas pourquoi nous l'imposerions aux citoyens. Chaque fois que M. Péladeau prend la parole, c'est pour dire qu'il veut que le Québec devienne un pays. Il faut lui rappeler certaines réalités. Chaque fois que nous lui demandons des preuves, nous n'avons aucune réponse. Je veux simplement rappeler à tout le monde que la question de la souveraineté n'est pas considérée comme résolue aux yeux de bien des gens», a-t-il souligné.

La liste de Philippe Couillard

Philippe Couillard en a profité pour dresser sa liste de demandes aux partis fédéraux.

Le gouvernement demande un engagement visant à augmenter le Transfert canadien en matière de santé afin qu'il représente 25% des dépenses en santé des provinces.

Philippe Couillard voudrait aussi voir les plafonds imposés au programme de péréquation être retirés. Le gouvernement estime qu'en 2015-2016, ces plafonds privent le Québec d'une enveloppe de 569M$.

Voici quelques-unes des autres demandes de Philippe Couillard aux partis fédéraux:

-Augmenter le financement fédéral en infrastructures destiné aux provinces au <@Ri>prorata<@$p> de leur population;

-Un engagement d'augmenter la contribution financière pour contrer le problème de pénurie de logements au Nunavik;

-Sur le plan environnemental, que le prochain gouvernement fédéral apporte son soutien aux efforts consacrés par les provinces et territoires en vue d'assurer une transition efficace et rentable vers une économie sobre en carbone et qu'il apporte son soutien aux entreprises d'économie verte;

-Rétablir le financement de Radio-Canada;

-Abandonner l'idée du péage sur le pont Champlain et assumer entièrement les coûts liés au remplacement de cette infrastructure fédérale

En manchette

Du Festival de Cannes jusqu'aux Percéides

Les organisateurs des Percéides ont dévoilé aujourd'hui les membres du jury pour leur 8e Festival international de cinéma et d’art, et ces derniers ont déniché une grosse pointure en la personne de Charles Tesson.

12 noms retenus pour l’équipe de hockey de Laval

SPORTS. Il y a quelques semaines, les Canadiens de Montréal demandaient de l’aide à leurs fans pour trouver un nom à leur nouveau club-école, qui s’installera à Laval dès la saison 2017-2018. Leur première sélection a été dévoilée mardi.

Un message clair aux partis fédéraux

Samuel Duranceau-Cloutier samuel.duranceau@tc.tc Publié le 17 août 2015

Le premier ministre Philippe Couillard était présent au 33e Congrès-Jeunes du Parti libéral du Québec.

© Photo TC Media – Samuel Duranceau-Cloutier


Le premier ministre Philippe Couillard a lancé un message aux partis fédéraux, dimanche après-midi, lors de la fermeture du 33e Congrès-Jeunes du Parti libéral du Québec: il veut connaître leur vision du Québec à travers le Canada pour les prochaines années.

«Je veux entendre les partis fédéraux sur l'avenir de notre province dans le Canada», a-t-il affirmé en point de presse à l'Auberge Gouverneur de Shawinigan.

Se gardant bien de commenter le discours des différents chefs en liste, il a mentionné que le 19 octobre prochain, les Canadiens et Québécois allaient devoir prendre une décision. «Notre pays célèbrera son 150e anniversaire en 2017. Il représente un grand succès au plan international. Nous devons travailler dans un esprit de collaboration et de partage».

Le premier ministre a abordé la question de la souveraineté, écorchant au passage Pierre-Karl Péladeau du Parti québécois.

«C'est un concept qui serait viable à très long terme, mais je ne vois pas pourquoi nous l'imposerions aux citoyens. Chaque fois que M. Péladeau prend la parole, c'est pour dire qu'il veut que le Québec devienne un pays. Il faut lui rappeler certaines réalités. Chaque fois que nous lui demandons des preuves, nous n'avons aucune réponse. Je veux simplement rappeler à tout le monde que la question de la souveraineté n'est pas considérée comme résolue aux yeux de bien des gens», a-t-il souligné.

La liste de Philippe Couillard

Philippe Couillard en a profité pour dresser sa liste de demandes aux partis fédéraux.

Le gouvernement demande un engagement visant à augmenter le Transfert canadien en matière de santé afin qu'il représente 25% des dépenses en santé des provinces.

Philippe Couillard voudrait aussi voir les plafonds imposés au programme de péréquation être retirés. Le gouvernement estime qu'en 2015-2016, ces plafonds privent le Québec d'une enveloppe de 569M$.

Voici quelques-unes des autres demandes de Philippe Couillard aux partis fédéraux:

-Augmenter le financement fédéral en infrastructures destiné aux provinces au <@Ri>prorata<@$p> de leur population;

-Un engagement d'augmenter la contribution financière pour contrer le problème de pénurie de logements au Nunavik;

-Sur le plan environnemental, que le prochain gouvernement fédéral apporte son soutien aux efforts consacrés par les provinces et territoires en vue d'assurer une transition efficace et rentable vers une économie sobre en carbone et qu'il apporte son soutien aux entreprises d'économie verte;

-Rétablir le financement de Radio-Canada;

-Abandonner l'idée du péage sur le pont Champlain et assumer entièrement les coûts liés au remplacement de cette infrastructure fédérale