Un rapport d'experts bien reçu par le MAC de la Gaspésie

Assurance-Emploi

Publié le 5 août 2015

Le rapport de l'IRPP est bien reçu par Gaétan Cousineau.

©TC Media - Thierry Haroun

RAPPORT. (Par Thierry Haroun) Le Mouvement Action-Chômage (MAC) de la Gaspésie accueille favorablement un rapport d'experts portant sur une refonte du programme d'assurance-emploi par l'entremise de plusieurs propositions. Un rapport que Le Havre a consulté.

« Nos onze propositions visent à améliorer la fonction de remplacement temporaire du revenu qui est au cœur du Régime d’assurance-emploi. Il faut recentrer le Régime et en éliminer les éléments qui s’y sont inutilement greffés au fil des ans. Il faut offrir aux chômeurs — au plus grand nombre possible d’entre eux — une protection adéquate », lit-on dans le rapport intitulé « Onze propositions pour un meilleur régime d’assurance-emploi » produit par les experts Michel Bédard et Pierre Fortin pour le compte de l'Institut de recherche en politiques publiques.

À titre d'exemple, les auteurs estiment que l'assurance-emploi doit se recentrer sur le remplacement du revenu des personnes ayant perdu leur emploi. Ils proposent au gouvernement fédéral d'abandonner les critères actuels d’admissibilité aux prestations qui sont basés sur un nombre minimum d’heures d’emploi assurable et de revenir à l’ancien système, c'est-à-dire basé sur un nombre minimum de semaines d’emploi.

On a toujours dit, nous les MAC, qu'on allait travailler avec les partis politiques qui veulent travailler pour les chômeurs, point à la ligne. Mais il y a des partis qui nous écoutent un peu plus que les autres et qui se battent à nos côtés. Je ne dis pas que je vais les appuyer, mais je dis qu'on va travailler avec eux pour améliorer ce programme. Gaétan Cousineau

Ce programme doit être géré par une caisse autonome et financé à parts égales par les cotisations des employeurs et des employés. Il est aussi proposé d'appliquer, dans toutes les régions du Canada, les mêmes conditions d’admissibilité aux prestations et de durée des prestations sur la base d’un minimum de 20 semaines d’emploi assurable. Et en cela, « établir qu’une semaine d’emploi assurable donnant droit à des prestations doit comporter au moins 15 heures de travail ou l’équivalent de deux journées de sept heures et demie ». Autant de recommandations qui plaisent à Gaétan Cousineau, le coordonnateur du MAC de la Gaspésie. « Il est clair qu'en reconnaissant des semaines de 15 heures de travail, il y aurait plus de travailleurs qui seraient admissibles au programme ». M. Cousineau juge, que dans son ensemble, l'esprit et la lettre de ce rapport rejoignent l'approche prônée au cours des ans par les MAC à travers le Québec.

Le MAC est apolitique

Sachant que ce dossier sera soulevé lors de la campagne électorale fédérale qui s'amorce, M. Cousineau affirme que son organisme n’entend pas appuyer un parti politique en particulier. « On a toujours dit, nous les MAC, qu'on allait travailler avec les partis politiques qui veulent travailler pour les chômeurs, point à la ligne. Mais il y a des partis qui nous écoutent un peu plus que les autres et qui se battent à nos côtés. Je ne dis pas que je vais les appuyer, mais je dis qu'on va travailler avec eux pour améliorer ce programme. »