Les travaux à la Gaspésia devraient reprendre le 3 août

Publié le 30 juillet 2015

Le site de la Gaspésia.

©TC Media – Thierry Haroun)

ENVIRONNEMENT. (Par Thierry Haroun) Arrêtés depuis le 10 décembre 2013 à la suite de la faillite de la firme EDS, les travaux de démantèlement et de décontamination devraient reprendre le 3 août sur le site de l'ancienne usine Gaspésia à Chandler.

C'est le président de la Société de développement économique et industriel de Chandler (SDEIC), Jean-Raymond Lepage, qui en a fait l'annonce lors de la dernière séance municipale. Les travaux devaient rependre dans la semaine de 22 juin, tel que nous l'avait annoncé M. Lepage dans notre édition du 24 juin.

Seulement voilà, les choses ont changé depuis. Lors de son allocution à l'hôtel de ville, M. Lepage a précisé que ce retard s'expliquait par des « problèmes techniques » en citant la correspondance du 2 juillet entre les avocats de la compagnie d'assurance La Garantie et de la SDEIC.

Il faut savoir que c'est la compagnie d'assurance La Garantie, qui gère la garantie financière (aussi appelée caution) de 8,5 millions de dollars, et ce, depuis la faillite de la firme EDS. Cette compagnie était responsable des travaux de démantèlement et de décontamination.

Désormais, le reste des travaux à faire, soit environ 20 %, ce qui représente des coûts de l'ordre 4,5 M$, se fera sous l'égide de la compagnie d'assurance. Et c'est la firme LVM, qui était un sous-traitant de EDS à l'époque, qui reprend les travaux. Le rôle de la SDEIC est notamment de faire un suivi des travaux par l'entremise de la firme CIMA +.

Un peu d'amertume

Cela dit, M. Lepage a déclaré avoir remis une clé à un ingénieur de LVM de sorte à ce qu'il puisse avoir accès au terrain de l'ancienne usine de papier. « On espère que [les travaux] vont se terminer en 2015. » Il a par ailleurs noté que la reprise des travaux « est une bonne nouvelle » en admettant toutefois avoir « un peu d'amertume sur le déroulement des pourparlers qui ont eu lieu. »

De son côté, la direction de la firme LVM a déclaré au Havre ne pas vouloir commenter ce dossier. Une fois complétés, les travaux auront coûté, depuis le tout début, environ 17 M$, en plus des taxes.

En manchette

C'est la fin de la classe pour mon fils ?

Un père de famille gaspésien lance un cri du cœur au ministre de l’Éducation du Québec en le pressant de ne pas mettre fin aux classes de formation à l’intégration.

Les travaux à la Gaspésia devraient reprendre le 3 août

Publié le 30 juillet 2015

Le site de la Gaspésia.

©TC Media – Thierry Haroun)


ENVIRONNEMENT. (Par Thierry Haroun) Arrêtés depuis le 10 décembre 2013 à la suite de la faillite de la firme EDS, les travaux de démantèlement et de décontamination devraient reprendre le 3 août sur le site de l'ancienne usine Gaspésia à Chandler.

C'est le président de la Société de développement économique et industriel de Chandler (SDEIC), Jean-Raymond Lepage, qui en a fait l'annonce lors de la dernière séance municipale. Les travaux devaient rependre dans la semaine de 22 juin, tel que nous l'avait annoncé M. Lepage dans notre édition du 24 juin.

Seulement voilà, les choses ont changé depuis. Lors de son allocution à l'hôtel de ville, M. Lepage a précisé que ce retard s'expliquait par des « problèmes techniques » en citant la correspondance du 2 juillet entre les avocats de la compagnie d'assurance La Garantie et de la SDEIC.

Il faut savoir que c'est la compagnie d'assurance La Garantie, qui gère la garantie financière (aussi appelée caution) de 8,5 millions de dollars, et ce, depuis la faillite de la firme EDS. Cette compagnie était responsable des travaux de démantèlement et de décontamination.

Désormais, le reste des travaux à faire, soit environ 20 %, ce qui représente des coûts de l'ordre 4,5 M$, se fera sous l'égide de la compagnie d'assurance. Et c'est la firme LVM, qui était un sous-traitant de EDS à l'époque, qui reprend les travaux. Le rôle de la SDEIC est notamment de faire un suivi des travaux par l'entremise de la firme CIMA +.

Un peu d'amertume

Cela dit, M. Lepage a déclaré avoir remis une clé à un ingénieur de LVM de sorte à ce qu'il puisse avoir accès au terrain de l'ancienne usine de papier. « On espère que [les travaux] vont se terminer en 2015. » Il a par ailleurs noté que la reprise des travaux « est une bonne nouvelle » en admettant toutefois avoir « un peu d'amertume sur le déroulement des pourparlers qui ont eu lieu. »

De son côté, la direction de la firme LVM a déclaré au Havre ne pas vouloir commenter ce dossier. Une fois complétés, les travaux auront coûté, depuis le tout début, environ 17 M$, en plus des taxes.