Exploramer évoque la possibilité de fermer ses portes

Dominique Fortier dominique.fortier@tc.tc Publié le 1 juillet 2015

Le président du conseil d'administration d'Exploramer, Gilles Theriault ne comprend pas pourquoi Exploramer n'est pas encore soutenu par le gouvernement considérant que le musée marin est plus performant que bien d'autres musées soutenus au Québec.

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Découragement, épuisement et incompréhension sont les sentiments qui se dégagent des propos du président du conseil d'administration, Gilles Thériault alors que le musée marin court encore après des sources de financement.

« On le répète à chaque année mais c'est toujours à recommencer. On est innovateurs, performants, on s'autofinance à 55 % alors que les autres musées s'autofinancent autour de 25 % et malgré tout, on peine à trouver du financement auprès du gouvernement », raconte Gilles Thériault qui se questionne pourquoi tous les efforts d'Exploramer ne sont pas reconnus. « En Haute-Gaspésie, on doit toujours se battre comme des démons pour finalement récolter quelques miettes. Tout le monde est épuisé. On fait nos preuves, on est un atout touristique majeur en Haute-Gaspésie, on performe beaucoup mieux que plusieurs musées mais on ne veut pas nous donner de financement récurrent. »

Gilles Thériault soulève d'ailleurs l'ironie d'une situation vécue récemment. « Nous avons demandé au Ministère du Tourisme pour du financement concernant un projet de développement. On nous a répondu que le Ministère n'allait pas investir dans un musée qui n'a pas de financement récurrent. Or, ça fait des années que nous tentons justement d'être un musée reconnu et soutenu. »

Grande contribution du milieu

Contrairement aux années précédentes où le financement finissait toujours par être au rendez-vous, cette fois-ci, on demande à Exploramer d'aller chercher un 100 000 $ supplémentaire dans le milieu, soit 50 000 $ en argent sonnant et 50 000 $ en produits et services, C'est la condition imposée par le gouvernement pour qu'il injecte une somme équivalente. C'est la première fois qu'on demande un effort supplémentaire aussi grand du milieu.

Pour le président du conseil, Gilles Thériault, il dit faire confiance au gouvernement mais que le temps presse. « Nous ne voulons plus seulement du court terme. On veut une solution à long terme sinon on pourrait avoir des décisions très difficiles à prendre dès l'automne. Nous avons décidé de demeurer ouverts cet été sans garantie de financement parce que la haute saison devrait nous aider monétairement mais l'avenir demeure incertain. Nous ne voulons plus passer l'année à chercher de l'argent. Nous faisons déjà le maximum pour démontrer notre importance au niveau touristique. »

Gilles Thériault souligne à grands traits qu'après le Parc national de la Gaspésie, Exploramer est le deuxième attrait en importance dans la MRC. « Mais les retombées économiques du Parc vont dans les coffres du gouvernement contrairement à Exploramer qui a un impact sur les commerçants locaux. »

Au cours des dernières années, les ministres libéraux comme Nathalie Normandeau, Georges Mamelonet et Yves Bolduc ainsi que le péquiste Gaétan Lelièvre lors de son bref passage au pouvoir ont tous reconduit l'enveloppe budgétaire d'Exploramer.

Les maires de la MRC se rencontreront prochainement afin de prendre une décision quant au montant qui pourrait être avancé pour soutenir Exploramer.

Selon Gilles Thériault, si le provincial n'arrive pas avec une solution financière viable et réaliste à long terme, il y a une possibilité bien réelle qu'Exploramer en soit à sa toute dernière saison d'opérations.

Du côté du bureau de Jean D'Amour, on déclare qu'Exploramer demeure dans les plans du gouvernement et qu'il n'est pas question de laisser tomber l'instituion muséale.

« Nous ne voulons plus seulement du court terme. On veut une solution à long terme sinon on pourrait avoir des décisions très difficiles à prendre dès l'automne. "

Gilles Thériault

Exploramer évoque la possibilité de fermer ses portes

Dominique Fortier dominique.fortier@tc.tc Publié le 1 juillet 2015

Le président du conseil d'administration d'Exploramer, Gilles Theriault ne comprend pas pourquoi Exploramer n'est pas encore soutenu par le gouvernement considérant que le musée marin est plus performant que bien d'autres musées soutenus au Québec.

©Photo TC Media - Dominique Fortier


Découragement, épuisement et incompréhension sont les sentiments qui se dégagent des propos du président du conseil d'administration, Gilles Thériault alors que le musée marin court encore après des sources de financement.

« On le répète à chaque année mais c'est toujours à recommencer. On est innovateurs, performants, on s'autofinance à 55 % alors que les autres musées s'autofinancent autour de 25 % et malgré tout, on peine à trouver du financement auprès du gouvernement », raconte Gilles Thériault qui se questionne pourquoi tous les efforts d'Exploramer ne sont pas reconnus. « En Haute-Gaspésie, on doit toujours se battre comme des démons pour finalement récolter quelques miettes. Tout le monde est épuisé. On fait nos preuves, on est un atout touristique majeur en Haute-Gaspésie, on performe beaucoup mieux que plusieurs musées mais on ne veut pas nous donner de financement récurrent. »

Gilles Thériault soulève d'ailleurs l'ironie d'une situation vécue récemment. « Nous avons demandé au Ministère du Tourisme pour du financement concernant un projet de développement. On nous a répondu que le Ministère n'allait pas investir dans un musée qui n'a pas de financement récurrent. Or, ça fait des années que nous tentons justement d'être un musée reconnu et soutenu. »

Grande contribution du milieu

Contrairement aux années précédentes où le financement finissait toujours par être au rendez-vous, cette fois-ci, on demande à Exploramer d'aller chercher un 100 000 $ supplémentaire dans le milieu, soit 50 000 $ en argent sonnant et 50 000 $ en produits et services, C'est la condition imposée par le gouvernement pour qu'il injecte une somme équivalente. C'est la première fois qu'on demande un effort supplémentaire aussi grand du milieu.

Pour le président du conseil, Gilles Thériault, il dit faire confiance au gouvernement mais que le temps presse. « Nous ne voulons plus seulement du court terme. On veut une solution à long terme sinon on pourrait avoir des décisions très difficiles à prendre dès l'automne. Nous avons décidé de demeurer ouverts cet été sans garantie de financement parce que la haute saison devrait nous aider monétairement mais l'avenir demeure incertain. Nous ne voulons plus passer l'année à chercher de l'argent. Nous faisons déjà le maximum pour démontrer notre importance au niveau touristique. »

Gilles Thériault souligne à grands traits qu'après le Parc national de la Gaspésie, Exploramer est le deuxième attrait en importance dans la MRC. « Mais les retombées économiques du Parc vont dans les coffres du gouvernement contrairement à Exploramer qui a un impact sur les commerçants locaux. »

Au cours des dernières années, les ministres libéraux comme Nathalie Normandeau, Georges Mamelonet et Yves Bolduc ainsi que le péquiste Gaétan Lelièvre lors de son bref passage au pouvoir ont tous reconduit l'enveloppe budgétaire d'Exploramer.

Les maires de la MRC se rencontreront prochainement afin de prendre une décision quant au montant qui pourrait être avancé pour soutenir Exploramer.

Selon Gilles Thériault, si le provincial n'arrive pas avec une solution financière viable et réaliste à long terme, il y a une possibilité bien réelle qu'Exploramer en soit à sa toute dernière saison d'opérations.

Du côté du bureau de Jean D'Amour, on déclare qu'Exploramer demeure dans les plans du gouvernement et qu'il n'est pas question de laisser tomber l'instituion muséale.

« Nous ne voulons plus seulement du court terme. On veut une solution à long terme sinon on pourrait avoir des décisions très difficiles à prendre dès l'automne. "

Gilles Thériault