Garderies: compressions de 74 M$

Publié le 21 juin 2015

>. Les réseaux des CPE et des garderies privées subventionnées savent désormais où ils devront couper pour réduire leur budget total de 74 M$.

©Photo TC Media - Archives

Les réseaux des CPE et des garderies privées subventionnées savent désormais où ils devront couper pour réduire leur budget total de 74 M$, comme l'avait annoncé Québec dans son dernier budget.

Le ministère de la Famille demandera aux CPE une réduction globale de 2,95% de leur budget de fonctionnement, ce qui représente quelque 38 M$.

Québec puisera de plus un montant de 12,9 M$ à même les surplus accumulés du réseau, de façon proportionnelle aux sommes accumulées dans chaque établissement.

Enfin, les garderies privées subventionnées verront leur budget de fonctionnement coupé de 3,9%, pour un total de 22 M$. Les bureaux coordonnateurs auront quant à eux 2,3 M$ en moins.

Sur les ondes de Radio-Canada, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a dit que ce sont des changements «difficiles, exigeants, mais néanmoins nécessaires». «Il faut optimiser dans le secteur des garderies comme il faut le faire ailleurs», a-t-il ajouté.

Pour l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), les compressions exigées «font mal au réseau des services de garde». «Le gouvernement actuel nous a habitués à sa façon de faire, imposant des compressions paramétriques et refusant de prendre en compte les solutions constructives du milieu, des solutions qui viseraient la pérennité du réseau», a mentionné Gina Gasparrini, présidente du conseil d’administration de l’AQCPE.

Le député péquiste de Terrebonne et porte-parole de l'opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, a lui aussi déploré la décision de Québec. «Clairement, le gouvernement étrangle le réseau public et favorise les garderies commerciales.»

En manchette

Dons illégaux: le DGE vise le PLQ et le PQ

POLITIQUE. Le Parti libéral du Québec (PLQ) pourrait bien devoir verser une forte somme, dépassant le demi-million de dollars, en guise de remboursement de nombreuses contributions illégales reçues entre 2006 et 2011.

Du Festival de Cannes jusqu'aux Percéides

Les organisateurs des Percéides ont dévoilé aujourd'hui les membres du jury pour leur 8e Festival international de cinéma et d’art, et ces derniers ont déniché une grosse pointure en la personne de Charles Tesson.

Garderies: compressions de 74 M$

Publié le 21 juin 2015

>. Les réseaux des CPE et des garderies privées subventionnées savent désormais où ils devront couper pour réduire leur budget total de 74 M$.

©Photo TC Media - Archives


Les réseaux des CPE et des garderies privées subventionnées savent désormais où ils devront couper pour réduire leur budget total de 74 M$, comme l'avait annoncé Québec dans son dernier budget.

Le ministère de la Famille demandera aux CPE une réduction globale de 2,95% de leur budget de fonctionnement, ce qui représente quelque 38 M$.

Québec puisera de plus un montant de 12,9 M$ à même les surplus accumulés du réseau, de façon proportionnelle aux sommes accumulées dans chaque établissement.

Enfin, les garderies privées subventionnées verront leur budget de fonctionnement coupé de 3,9%, pour un total de 22 M$. Les bureaux coordonnateurs auront quant à eux 2,3 M$ en moins.

Sur les ondes de Radio-Canada, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a dit que ce sont des changements «difficiles, exigeants, mais néanmoins nécessaires». «Il faut optimiser dans le secteur des garderies comme il faut le faire ailleurs», a-t-il ajouté.

Pour l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), les compressions exigées «font mal au réseau des services de garde». «Le gouvernement actuel nous a habitués à sa façon de faire, imposant des compressions paramétriques et refusant de prendre en compte les solutions constructives du milieu, des solutions qui viseraient la pérennité du réseau», a mentionné Gina Gasparrini, présidente du conseil d’administration de l’AQCPE.

Le député péquiste de Terrebonne et porte-parole de l'opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, a lui aussi déploré la décision de Québec. «Clairement, le gouvernement étrangle le réseau public et favorise les garderies commerciales.»