Un projet de 3 M$ pour Fermes marines du Québec

Frédéric Durand frederic.durand@tc.tc Publié le 16 novembre 2015

Fermes marines du Québec devrait doubler sa production de pétoncles.

©Gracieuseté

MARICULTURE. L’entreprise Fermes marines du Québec (FMQ), située à Newport et Gaspé, a reçu un prêt de 2 M$ du gouvernement, via Investissement Québec, pour la réalisation d’un projet de modernisation de près de 3 M$.

L’entreprise, qui œuvre principalement dans l’élevage de pétoncles géants, réalise depuis trois ans des travaux de recherche et de développement visant à ajouter les algues à son offre de produits. « Depuis trois ans, nous avons commencé à faire de la recherche et du développement à petite échelle avec des plantules d’algues, mais nous avons atteint notre limite de production », explique le président, Jean-Philippe Hébert. La construction d’une nouvelle salle de production permettra donc d’élever les plantules d’algues à plus grande échelle. Le marché pour ce produit alimentaire se développe rapidement aux États-Unis.

Parmi les autres volets du projet, notons l’augmentation de la production en mer. Au chapitre des pétoncles, l’objectif sera de faire passer la production de 2,5 à 5 millions d’individus par année. Les installations seront également mises à jour afin de permettre à l’entreprise d’exporter sa production à l’extérieur du Québec. À cette fin, elle devra en outre obtenir une certification de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Les plus grands marchés pour les mollusques, visés par FMQ, sont Boston, New York, Toronto et la Colombie-Britannique.

L’entreprise embauche actuellement une douzaine de personnes. À moyen terme, avec le développement de l’élevage d’algues et du volet de la transformation, le nombre d’employés est voué à augmenter. Un nouveau site d’élevage pourrait également être développé dans la baie des Chaleurs, qui serait moins affecté par le couvert de glace que les deux sites existants dans la baie de Gaspé.

Prêt gouvernemental

Selon M. Hébert, ce prêt du gouvernement est avantageux pour l’entreprise. « C’est une production à la fine pointe de la technologie, et le développement de nouveaux produits est très dispendieux. Le gouvernement envoie un message clair aux mariculteurs, qu’il reconnait et soutient nos efforts », indique-t-il.

« Notre gouvernement mise sur l'apport considérable des entreprises québécoises, telles que Fermes marines du Québec, pour réaliser ses objectifs de renforcement des domaines de la biotechnologie et de l'aquaculture dans le cadre de la Stratégie maritime du Québec. Cette entreprise est en effet la seule écloserie commerciale en mesure de produire des plantules d'algues en quantité importante au Québec », a indiqué le ministre Jean D’Amour.

En manchette

Pénurie de main-d'oeuvre en tourisme en vue

Par Thierry Haroun - Si la tendance se maintient, la pénurie de main-d'oeuvre dans le secteur touristique en Gaspésie pourrait s'accentuer et causer bien des tracas pour les acteurs intéressés. Un enjeu que prend très au sérieux Tourisme Gaspésie.

Un projet de 3 M$ pour Fermes marines du Québec

Frédéric Durand frederic.durand@tc.tc Publié le 16 novembre 2015

Fermes marines du Québec devrait doubler sa production de pétoncles.

©Gracieuseté


MARICULTURE. L’entreprise Fermes marines du Québec (FMQ), située à Newport et Gaspé, a reçu un prêt de 2 M$ du gouvernement, via Investissement Québec, pour la réalisation d’un projet de modernisation de près de 3 M$.

L’entreprise, qui œuvre principalement dans l’élevage de pétoncles géants, réalise depuis trois ans des travaux de recherche et de développement visant à ajouter les algues à son offre de produits. « Depuis trois ans, nous avons commencé à faire de la recherche et du développement à petite échelle avec des plantules d’algues, mais nous avons atteint notre limite de production », explique le président, Jean-Philippe Hébert. La construction d’une nouvelle salle de production permettra donc d’élever les plantules d’algues à plus grande échelle. Le marché pour ce produit alimentaire se développe rapidement aux États-Unis.

Parmi les autres volets du projet, notons l’augmentation de la production en mer. Au chapitre des pétoncles, l’objectif sera de faire passer la production de 2,5 à 5 millions d’individus par année. Les installations seront également mises à jour afin de permettre à l’entreprise d’exporter sa production à l’extérieur du Québec. À cette fin, elle devra en outre obtenir une certification de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Les plus grands marchés pour les mollusques, visés par FMQ, sont Boston, New York, Toronto et la Colombie-Britannique.

L’entreprise embauche actuellement une douzaine de personnes. À moyen terme, avec le développement de l’élevage d’algues et du volet de la transformation, le nombre d’employés est voué à augmenter. Un nouveau site d’élevage pourrait également être développé dans la baie des Chaleurs, qui serait moins affecté par le couvert de glace que les deux sites existants dans la baie de Gaspé.

Prêt gouvernemental

Selon M. Hébert, ce prêt du gouvernement est avantageux pour l’entreprise. « C’est une production à la fine pointe de la technologie, et le développement de nouveaux produits est très dispendieux. Le gouvernement envoie un message clair aux mariculteurs, qu’il reconnait et soutient nos efforts », indique-t-il.

« Notre gouvernement mise sur l'apport considérable des entreprises québécoises, telles que Fermes marines du Québec, pour réaliser ses objectifs de renforcement des domaines de la biotechnologie et de l'aquaculture dans le cadre de la Stratégie maritime du Québec. Cette entreprise est en effet la seule écloserie commerciale en mesure de produire des plantules d'algues en quantité importante au Québec », a indiqué le ministre Jean D’Amour.