Une cimenterie qui sera payante pour la MRC du Rocher-Percé

Publié le 25 octobre 2015

Les travaux en cours à la cimenterie McInnis

©Photo Ciment McInnis

(Par Thierry Haroun)Les retombées estimées de la cimenterie de Ciment McInnis au moment de son exploitation attendue dans un an se précisent et les chiffres impressionnent pour qui consulte la toute dernière étude sur cette question.

Le comité de maximisation économique de Port-Daniel-Gascons a commandé une étude en ce sens à la firme Stratem qui sort tout juste des presses. Et les résultats parlent d'eux-mêmes. L’estimation des emplois régionaux directs, indirects et induits se chiffre à 295. Ces salariés injecteront 12,7 millions de dollars dans l’économie régionale par l'entremise de leurs dépenses de consommation courante. Par exemple, ce sont 4 M$ annuellement qui seront consacrés au logement, 3 M$ à l’achat de véhicules et plus de 2 M$ à l’épicerie et à la restauration. La MRC du Rocher-Percé pourrait récolter entre 55 % et 65 % de ces retombées. Bonaventure est l'autre MRC qui saura tirer son épingle du jeu, selon le document d'experts dévoilé à l'hôtel de ville de Port-Daniel le 19 octobre devant des acteurs politiques et économiques des environs. Le maire de  la localité, Henri Grenier, juge que ces données sont très fiables. « Écoutez, ce sont des chiffres très réalistes. On ne veut pas induire les gens en erreur. Avec ces chiffres, nos commerçants et nos industriels ont quelque chose sur lequel ils peuvent se baser. On est très contents de ces données, c'est positif.»

Même son cloche du côté de la présidente de la Chambre de commerce du Rocher-Percé, Nadia-Karina Minassian, qui croit que tout un chacun à un rôle à jouer de sorte à s'assurer que ces chiffres se traduisent en pièces sonnantes et trébuchantes, à terme. «On est heureux de voir ces chiffres et qui reflètent le potentiel de développement de notre MRC sur le plan des retombées. Ce qui est important aussi c'est que les commerçants mettent les efforts nécessaires pour retenir une grande partie de ces impacts attendues chez nous. » Donc,chacun à sa part à faire? « Absolument. »

On notera d'ailleurs que l'étude précise que pour bénéficier d’un maximum de retombées, il faut aborder les enjeux suivants: l’établissement et la rétention des travailleurs, l’achat local et l’amélioration des pratiques d’affaires, la diversification du commerce et des services de même que la diversification du secteur industriel. Le directeur général du Comité de maximisation, Jean-Philippe Chartrand, note que des chiffres « ont été validés par Ciment McInnis. Ce sont des résultats qui nous permettent d'avoir confiance. »

« Avec ces chiffres, nos commerçants et nos industriels ont quelque chose sur lequel ils peuvent se baser. On est très contents de ces données, c'est positif. »

Henri Grenier

En manchette

Pénurie de main-d'oeuvre en tourisme en vue

Par Thierry Haroun - Si la tendance se maintient, la pénurie de main-d'oeuvre dans le secteur touristique en Gaspésie pourrait s'accentuer et causer bien des tracas pour les acteurs intéressés. Un enjeu que prend très au sérieux Tourisme Gaspésie.

Une cimenterie qui sera payante pour la MRC du Rocher-Percé

Publié le 25 octobre 2015

Les travaux en cours à la cimenterie McInnis

©Photo Ciment McInnis


(Par Thierry Haroun)Les retombées estimées de la cimenterie de Ciment McInnis au moment de son exploitation attendue dans un an se précisent et les chiffres impressionnent pour qui consulte la toute dernière étude sur cette question.

Le comité de maximisation économique de Port-Daniel-Gascons a commandé une étude en ce sens à la firme Stratem qui sort tout juste des presses. Et les résultats parlent d'eux-mêmes. L’estimation des emplois régionaux directs, indirects et induits se chiffre à 295. Ces salariés injecteront 12,7 millions de dollars dans l’économie régionale par l'entremise de leurs dépenses de consommation courante. Par exemple, ce sont 4 M$ annuellement qui seront consacrés au logement, 3 M$ à l’achat de véhicules et plus de 2 M$ à l’épicerie et à la restauration. La MRC du Rocher-Percé pourrait récolter entre 55 % et 65 % de ces retombées. Bonaventure est l'autre MRC qui saura tirer son épingle du jeu, selon le document d'experts dévoilé à l'hôtel de ville de Port-Daniel le 19 octobre devant des acteurs politiques et économiques des environs. Le maire de  la localité, Henri Grenier, juge que ces données sont très fiables. « Écoutez, ce sont des chiffres très réalistes. On ne veut pas induire les gens en erreur. Avec ces chiffres, nos commerçants et nos industriels ont quelque chose sur lequel ils peuvent se baser. On est très contents de ces données, c'est positif.»

Même son cloche du côté de la présidente de la Chambre de commerce du Rocher-Percé, Nadia-Karina Minassian, qui croit que tout un chacun à un rôle à jouer de sorte à s'assurer que ces chiffres se traduisent en pièces sonnantes et trébuchantes, à terme. «On est heureux de voir ces chiffres et qui reflètent le potentiel de développement de notre MRC sur le plan des retombées. Ce qui est important aussi c'est que les commerçants mettent les efforts nécessaires pour retenir une grande partie de ces impacts attendues chez nous. » Donc,chacun à sa part à faire? « Absolument. »

On notera d'ailleurs que l'étude précise que pour bénéficier d’un maximum de retombées, il faut aborder les enjeux suivants: l’établissement et la rétention des travailleurs, l’achat local et l’amélioration des pratiques d’affaires, la diversification du commerce et des services de même que la diversification du secteur industriel. Le directeur général du Comité de maximisation, Jean-Philippe Chartrand, note que des chiffres « ont été validés par Ciment McInnis. Ce sont des résultats qui nous permettent d'avoir confiance. »

« Avec ces chiffres, nos commerçants et nos industriels ont quelque chose sur lequel ils peuvent se baser. On est très contents de ces données, c'est positif. »

Henri Grenier