RÉGÎM: les défis de Daniel Côté

Publié le 1 octobre 2015

Le nouveau président de la RÉGÎM, Daniel Côté

©Photo TC Media - Thierry Haroun

(Par Thierry Haroun)Le nouveau président de la Régie intermunicipale de transport de la Gaspésie-les-Îles, Daniel Côté, est bien conscient du travail qui l'attend. Entretien avec son tout nouveau patron.

Le maire de Gaspé prend ainsi la relève de son collègue des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre. Dans le contexte de la réduction substantielle du service d'Orléans Express, de l'abandon de certains vols d'Air Canada et de l'absence de Via Rail depuis 2011 dans la région, la Régie, pourrait prendre de plus en plus de place, laisse entendre M. Côté. Mais toute chose en son temps. « En effet, il faut regarder tous les dossiers sur lesquels on devra travailler à titre de région. Oui, à la base, la Régie c'est le transport collectif par autobus. Mais avec tout ce qui se passe présentement sur le plan des transports dans notre région comme le début de quelque chose qui pourrait ressembler à un futur abandon des vols d'Air Canada qui a commencé à couper des vols. Via Rail qui ne dessert plus la région depuis quatre ans et avec ce qui se passe avec Orléans Express, plusieurs enjeux se dessinent pour la Régie. »

   C'est-à-dire? «Eh bien au-delà du transport collectif de la Régie, il va falloir se poser certaines questions pour voir à quel point on pourrait aller plus loin en termes de prise en main du milieu concernant les transports. Et plus ça va, plus on sent que le secteur privé nous abandonne. Et comme vous le savez, le transport est le nerf de la guerre en ce qui a trait au développement régional. »

  Bien, mais Daniel Côté n'ouvre toutefois pas tout son jeu quant aux projets qui seraient sur la table pour son organisme. « Écoutez, je ne ferme pas la porte à ce que la Régie s'arroge de nouveaux défis concernant les transports. Et si tel était le cas, si c'est rentable, on pourrait aller chercher de nouveaux revenus. Mais avant de parler et de rendre publics certains transports qui sont privés présentement, on va d'abord faire pression sur le secteur privé de sorte à s'assurer d'être desservit en termes de transport aérien et routier et ferroviaire éventuellement quand le rail sera remis à niveau, espérons-le. »

« Écoutez, je ne ferme pas la porte à ce que la Régie s'arroge de nouveaux défis concernant les transports. »

Daniel Côté

RÉGÎM: les défis de Daniel Côté

Publié le 1 octobre 2015

Le nouveau président de la RÉGÎM, Daniel Côté

©Photo TC Media - Thierry Haroun


(Par Thierry Haroun)Le nouveau président de la Régie intermunicipale de transport de la Gaspésie-les-Îles, Daniel Côté, est bien conscient du travail qui l'attend. Entretien avec son tout nouveau patron.

Le maire de Gaspé prend ainsi la relève de son collègue des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre. Dans le contexte de la réduction substantielle du service d'Orléans Express, de l'abandon de certains vols d'Air Canada et de l'absence de Via Rail depuis 2011 dans la région, la Régie, pourrait prendre de plus en plus de place, laisse entendre M. Côté. Mais toute chose en son temps. « En effet, il faut regarder tous les dossiers sur lesquels on devra travailler à titre de région. Oui, à la base, la Régie c'est le transport collectif par autobus. Mais avec tout ce qui se passe présentement sur le plan des transports dans notre région comme le début de quelque chose qui pourrait ressembler à un futur abandon des vols d'Air Canada qui a commencé à couper des vols. Via Rail qui ne dessert plus la région depuis quatre ans et avec ce qui se passe avec Orléans Express, plusieurs enjeux se dessinent pour la Régie. »

   C'est-à-dire? «Eh bien au-delà du transport collectif de la Régie, il va falloir se poser certaines questions pour voir à quel point on pourrait aller plus loin en termes de prise en main du milieu concernant les transports. Et plus ça va, plus on sent que le secteur privé nous abandonne. Et comme vous le savez, le transport est le nerf de la guerre en ce qui a trait au développement régional. »

  Bien, mais Daniel Côté n'ouvre toutefois pas tout son jeu quant aux projets qui seraient sur la table pour son organisme. « Écoutez, je ne ferme pas la porte à ce que la Régie s'arroge de nouveaux défis concernant les transports. Et si tel était le cas, si c'est rentable, on pourrait aller chercher de nouveaux revenus. Mais avant de parler et de rendre publics certains transports qui sont privés présentement, on va d'abord faire pression sur le secteur privé de sorte à s'assurer d'être desservit en termes de transport aérien et routier et ferroviaire éventuellement quand le rail sera remis à niveau, espérons-le. »

« Écoutez, je ne ferme pas la porte à ce que la Régie s'arroge de nouveaux défis concernant les transports. »

Daniel Côté