Un réseau de bornes électriques implanté cette année en Gaspésie

Dominique Fortier dominique.fortier@tc.tc Publié le 24 mars 2016

La Gaspésie pourrait compter sur 11 bornes de recharge électrique d'ici la fin de l'année 2016 si tout se déroule comme prévu.

©Photo gracieuseté

L'idée d'implanter un réseau de bornes de recharge électrique d'un bout à l'autre de la Gaspésie deviendra réalité d'ici la fin de l'année grâce au travail acharné de l'homme d'affaires Dany Bergeron et la Corporation de développement Saint-Maxime-du-Mont-Louis.

Après s'être acheté une voiture électrique, Dany Bergeron a rapidement réalisé que la Gaspésie était peu adaptée pour desservir cette clientèle d'automobilistes. C'est ainsi qu'il a entrepris des démarches pour qu'une première borne soit installée dans sa municipalité d'adoption, ce qui a été fait en automne 2014. Par la suite, quelques bornes additionnelles sont apparues en Haute-Gaspésie, notamment chez Valmont plein air et à la Seigneurie des Monts. Dans ces cas, il s'agit de bornes de classe 2, soit 240 volts.

Quant au projet qui est sur le point de se réaliser, il comptera 11 bornes de recharge rapide (400 volts)  aux quatre coins de la Gaspésie avec une distance maximale de 100 km entre elles. Chaque borne prend environ 25 minutes pour recharger un véhicule.

Bien que quelques détails demeurent à confirmer, les 11 municipalités ciblées ont toutes embarqué dans le projet. La boucle serait  donc complète de Matane à Amqui en passant par Sainte-Anne-des-Monts, Mont-Louis, Grande-Vallée, Gaspé, Percé, Chandler, Paspébiac, New Richmond et Pointe-à-la-Croix. Les villes de Rimouski, Mont-Joli et La Pocatière ont également confirmé qu'elles feront partie du réseau. D'ici la fin 2016, il serait donc possible pour un propriétaire de véhicule électrique de faire le tout de la Gaspésie au complet et se rendre jusqu'à Montréal avec le réseau qui sera en place.

Dany Bergeron explique que chaque borne coûte environ 28 000 $. À cela s'ajoute les frais d'installation qui peuvent varier de 30 000 $ à 40 000 $. « Nous avons approché les MRC et les SADC afin que le projet prenne une envergure régionale, ce qui facilite l'admission à des programmes gouvernementaux. Nous attendons les réponses mais ça regarde bien. »

Travail de terrain

Il reste encore beaucoup de travail à faire sur le terrain puisque la Gaspésie est parmi les régions du Québec qui compte le moins de véhicules électriques par habitant. « Il faut que les concessionnaires et les entreprises embarquent. De plus, les retombées économiques des bornes de recharge seront redistribuées dans les communautés pour des projets de développement », explique Dany Bergeron.

Pour aider l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), le dernier budget fédéral annonçait d'ailleurs des mesures pour encourager ce créneau. Il est notamment question d'un investissement de 62,5 millions de dollars pour l'implantation d'un réseau pancanadien de bornes de recharge électrique.

Enfin, le gouvernement du Québec pourrait instaurer une loi dès cette année pour inciter les concessionnaires automobiles à offrir des modèles de voitures électriques aux consommateurs.

Ville Endroit
Matane Près de la commission scolaire
Sainte-Anne-des-Monts Bureau d'accueil touristique
Saint-Maxime-du-Mont-Louis Municipalité
Grande-Vallée Bureau d'accueil touristique
Gaspé Staionnement rue Harbour
Percé Stationnement du Géoparc
Chandler Halte municipale
Pasbébiac Halte municipale
New Richmond Stationnement Village-relais
Pointe-à-la-Croix Pastali
Amqui Gare

En manchette

Pénurie de main-d'oeuvre en tourisme en vue

Par Thierry Haroun - Si la tendance se maintient, la pénurie de main-d'oeuvre dans le secteur touristique en Gaspésie pourrait s'accentuer et causer bien des tracas pour les acteurs intéressés. Un enjeu que prend très au sérieux Tourisme Gaspésie.

Un réseau de bornes électriques implanté cette année en Gaspésie

Dominique Fortier dominique.fortier@tc.tc Publié le 24 mars 2016

La Gaspésie pourrait compter sur 11 bornes de recharge électrique d'ici la fin de l'année 2016 si tout se déroule comme prévu.

©Photo gracieuseté


L'idée d'implanter un réseau de bornes de recharge électrique d'un bout à l'autre de la Gaspésie deviendra réalité d'ici la fin de l'année grâce au travail acharné de l'homme d'affaires Dany Bergeron et la Corporation de développement Saint-Maxime-du-Mont-Louis.

Après s'être acheté une voiture électrique, Dany Bergeron a rapidement réalisé que la Gaspésie était peu adaptée pour desservir cette clientèle d'automobilistes. C'est ainsi qu'il a entrepris des démarches pour qu'une première borne soit installée dans sa municipalité d'adoption, ce qui a été fait en automne 2014. Par la suite, quelques bornes additionnelles sont apparues en Haute-Gaspésie, notamment chez Valmont plein air et à la Seigneurie des Monts. Dans ces cas, il s'agit de bornes de classe 2, soit 240 volts.

Quant au projet qui est sur le point de se réaliser, il comptera 11 bornes de recharge rapide (400 volts)  aux quatre coins de la Gaspésie avec une distance maximale de 100 km entre elles. Chaque borne prend environ 25 minutes pour recharger un véhicule.

Bien que quelques détails demeurent à confirmer, les 11 municipalités ciblées ont toutes embarqué dans le projet. La boucle serait  donc complète de Matane à Amqui en passant par Sainte-Anne-des-Monts, Mont-Louis, Grande-Vallée, Gaspé, Percé, Chandler, Paspébiac, New Richmond et Pointe-à-la-Croix. Les villes de Rimouski, Mont-Joli et La Pocatière ont également confirmé qu'elles feront partie du réseau. D'ici la fin 2016, il serait donc possible pour un propriétaire de véhicule électrique de faire le tout de la Gaspésie au complet et se rendre jusqu'à Montréal avec le réseau qui sera en place.

Dany Bergeron explique que chaque borne coûte environ 28 000 $. À cela s'ajoute les frais d'installation qui peuvent varier de 30 000 $ à 40 000 $. « Nous avons approché les MRC et les SADC afin que le projet prenne une envergure régionale, ce qui facilite l'admission à des programmes gouvernementaux. Nous attendons les réponses mais ça regarde bien. »

Travail de terrain

Il reste encore beaucoup de travail à faire sur le terrain puisque la Gaspésie est parmi les régions du Québec qui compte le moins de véhicules électriques par habitant. « Il faut que les concessionnaires et les entreprises embarquent. De plus, les retombées économiques des bornes de recharge seront redistribuées dans les communautés pour des projets de développement », explique Dany Bergeron.

Pour aider l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), le dernier budget fédéral annonçait d'ailleurs des mesures pour encourager ce créneau. Il est notamment question d'un investissement de 62,5 millions de dollars pour l'implantation d'un réseau pancanadien de bornes de recharge électrique.

Enfin, le gouvernement du Québec pourrait instaurer une loi dès cette année pour inciter les concessionnaires automobiles à offrir des modèles de voitures électriques aux consommateurs.

Ville Endroit
Matane Près de la commission scolaire
Sainte-Anne-des-Monts Bureau d'accueil touristique
Saint-Maxime-du-Mont-Louis Municipalité
Grande-Vallée Bureau d'accueil touristique
Gaspé Staionnement rue Harbour
Percé Stationnement du Géoparc
Chandler Halte municipale
Pasbébiac Halte municipale
New Richmond Stationnement Village-relais
Pointe-à-la-Croix Pastali
Amqui Gare