Ciment McInnis utilisera le rail pour la distribution de ciment

Alain Lavoie alain.lavoie@tc.tc
Publié le 23 décembre 2016

Le ciment produit par l’entreprise à partir du printemps pourra être transporté par train vers les marchés canadiens et américains.

©Photo Ciment McInnis

La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) vient de signer une première entente de cinq ans visant le transport de quelque 140 000 tonnes de ciment de la toute nouvelle usine de Ciment McInnis de Port-Daniel – Gascons.

Cette entente sera sans aucun doute interprétée comme une très bonne nouvelle pour les maires, députés et préfets de la Gaspésie qui, il y a deux semaines, se liguaient pour demander à Québec d’injecter des millions pour mettre à niveau le rail afin de développer le transport de marchandises sur tout le tronçon entre Matapédia et Gaspé.

Ajoutons qu’au cours des derniers mois, Ciment McInnis avait déclaré qu’elle « n’était pas insensible à tout le dossier de la reprise du transport ferroviaire dans le sud de la péninsule. » Elle constatait également « les efforts des élus et organismes de la région qui militent activement pour le retour du train. »

Du même souffle, Ciment McInnis précisait que son projet est basé avant tout sur le transport maritime, mais elle serait heureuse de « pouvoir compter aussi sur le mode de transport ferroviaire amenant davantage de flexibilité dans ses opérations de distribution. »

Du camion au train

Ciment McInnis explique que le ciment sera chargé dans des camions au site de l’usine, puis transporté jusqu’à New Richmond, car le rail dans le secteur de l’usine, acquis par le gouvernement du Québec en 2015, est en dormance.

Rendu à New Richmond, le ciment contenu dans les camions sera transbordé dans des wagons par une trémie de mesure qui sera installée par la Société du chemin de fer. « Il s’agit d’une solution de départ intéressante pour Ciment McInnis », précise Maryse Tremblay de la cimenterie.

Pour sa part, le président et chef de la direction de Ciment McInnis, Hervé Mallet explique que « l’utilisation du rail combiné à l’efficacité du transport maritime apportent à McInnis la flexibilité et la compétitivité nécessaires à la distribution du ciment qui sera produit par l’entreprise. » Il ajoute que déjà, l’entreprise qu’il dirige depuis quelques semaines envisage très sérieusement « d’augmenter les volumes transportés si les conditions le permettent. »

Les premiers convois ferroviaires devraient partir quelques semaines après le début de la production de ciment, soit au printemps 2017. Ciment McInnis pourra compter sur ce mode de transport pour couvrir les provinces atlantiques, le Québec, l’Ontario et les États-Unis.