Quai de Percé : les piétons peuvent circuler en toute sécurité

Publié le 15 juin 2015

Les piétons pourront circuler en toute quiétude sur le quai de Percé au cours de la prochaine saison touristique.

©Photo TC Media - Thierry Haroun

Malgré la désuétude du quai de Percé, les piétons peuvent y circuler en toute sécurité pendant la saison touristique, assure le ministère des Pêches et des Océans qui réitère toutefois les mêmes restrictions qui sont en vigueur depuis 2013.

«Depuis les événements de l'été 2013, la situation est la même, les restrictions et les recommandations sont les mêmes», fait valoir le directeur régional des ports pour petits bateaux au MPO, Bernard Beaudoin. On rappellera qu'au début de la saison touristique de 2013, ce ministère avait interdit tout accès au quai en raison de son état. Ce qui avait soulevé un tollé à Percé. Après des négociations serrées entre les autorités municipales et le MPO, il a été convenu de rouvrir l'infrastructure, mais à certaines conditions très strictes. «À savoir qu'il n'y a aucun amarrage qui devrait être toléré du côté Ouest, que l'amarrage du côté Est est permis dans les parties basses et lorsque les vents sont inférieurs à 20 noeuds. Aussi, on recommande qu'il n'y ait aucun amarrage de nuit», précise M. Beaudoin.

Par ailleurs, l'accès piétonnier y est permis, mais les véhicules motorisés y sont interdits. Seuls des VTT des homardiers y sont autorisés de sorte qu'ils puissent «récupérer leurs prises. Mais on leur recommande de circuler au centre du quai et pas en périphérie», souligne M. Beaudoin.

Toutes ces recommandations découlent des rapports produits au cours des dernières années par la firme CIMA+ pour le compte du MPO qui constataient entre autres des «vides importants sous la dalle, particulièrement à l'accès du quai. On a fait des travaux temporaires en procédant à l'injection de béton de sorte que la dalle repose sur du solide. À certains endroits, il pouvait y avoir un mètre de vide», ajoute M. Beaudoin. Ce dernier précise toutefois que non seulement l'infrastructure a atteint la fin de sa vie utile, mais que des travaux de réfection importants ne pourraient pas y être faits parce que la structure ne pourrait «pas supporter le poids de la machinerie nécessaire pour y faire des travaux.»

Un nouveau quai à court terme

Rencontré par Le Havre, le maire de Percé, André Boudreau, avait ceci à dire: «Écoutez, on ne passera pas une vie dans cette situation. C'est une situation temporaire...très temporaire.

Même si les lieux sont sécuritaires, on ne peut pas bâtir l'avenir là-dessus», dit-il en précisant que les négociations se poursuivent avec les autorités «à tous les niveaux pour qu'on puisse avoir un nouveau quai à court terme, disons-le ainsi.»